Le marché primaire de la titrisation espère une reprise en Europe

le 09/09/2009 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

Alors que Volkswagen prépare une émission d'ABS de crédits automobiles, les marchés attendent un dégel du marché des RMBS britanniques

Les signes de réouverture du marché primaire de la titrisation se multiplient. Aux Etats-Unis, les résultats la semaine dernière de la septième session du Term Asset-Backed Securities Loan Facility (Talf), le dispositif de la Fed visant à soutenir la consommation en finançant les acheteurs de titres adossés à des actifs (ABS), ont été encourageants. Selon SG CIB, celle-ci s’est traduite par des émissions sur le marché outre-Atlantique de 17,9 milliards de dollars. Un record depuis le lancement du dispositif.

En Europe, après les placements outre-Manche de titres adossés à des prêts hypothécaires commerciaux (CMBS) réalisés par Land Securities et Tesco en juin et juillet, Volkswagen teste à son tour le marché primaire. Le groupe automobile allemand prévoit dans deux semaines d’émettre un ABS de crédits automobiles. La nouvelle opération devrait porter sur deux tranches et un montant « référence » (entre 500 millions et 1 milliard d’euros). La marge à l’émission est attendue, elle, à un niveau de 150 points de base (pb). Son dernier ABS de crédit automobile, qui remonte à septembre 2008, s'élevait à 967 millions d’euros.

Mais le marché a surtout les yeux rivés sur les titres britanniques adossés à des prêts hypothécaires (RMBS) et de bonne qualité dits « prime », dont les spreads sont passés en août sous la barre psychologique des 200 pb, certains papiers ayant flirté avec les 150 pb. D’après Sonia Benarouch, analyste ABS & CDO chez Natixis, « un originateur anglais a profité de cette embellie pour sonder le marché quant à une potentielle émission publique sur le marché primaire des RMBS ».

Alors que les rumeurs évoquent le nom de Barclays, les analystes de Deutsche Bank, eux, indiquent qu’il s’agit « d’une banque sponsor avec un programme de RMBS "top-tier", ayant la capacité et la volonté d’ouvrir la voie en essayant de débloquer le marché ». Celle-ci serait ainsi « prête à payer davantage par rapport à des sources de financement alternatives comme les dettes non sécurisées et sécurisées ». Pour Sonia Benarouch, « une émission en dessous du seuil psychologique de 150 pb pourrait relancer le marché primaire ».

D’ailleurs, la semaine passée, Barclays a émis et retenu 12 milliards de livres de RMBS « prime » noté « AAA » via son programme Gracechurch.

A lire aussi