Le marché primaire des CLO donne des signes de vie outre-Altantique

le 27/01/2010 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

Dans une note datant du 25 janvier, Fitch dit avoir observé la structuration de plusieurs obligations adossées à des prêts bancaires

Outre-Atlantique, l’horizon semble s’éclaircir pour les obligations adossées à des prêts bancaires, les fameux collateralized loan obligations (CLO). La réouverture du marché de crédit, une reprise relative du marché des fusions-acquisitions et la revalorisation des prêts bancaires à effet de levier [leveraged loans, ndlr] ont soutenu le redressement des prix des CLO entamé au printemps 2009.

Selon Morgan Stanley, les tranches des CLO les mieux notées ont récemment atteint les 89 cents sur le dollar, contre un plancher de 69 cents en avril dernier. Cette semaine, malgré les propositions du président Obama visant à réduire la taille des banques, JPMorgan a relevé des prix stables, pour les tranches «AA», autour de 85 dollars et en hausse de 3 et 5 dollars à 75 et 60 dollars, dans l’ordre, pour les tranches «A» et «BBB». Pour la banque, même si l'émergence du risque politique et le durcissement de ton réglementaire constituent des facteurs de sensibilité clés pour les marchés, «l‘offre nette négative, la surcote de rendement et la performance améliorée des CLO aident à protéger la classe d’actifs».

Alors que les primes de risque demeurent toujours élevées, le marché primaire des CLO fermé depuis deux ans, lui, pourrait se rouvrir. Dans une note le 25 janvier, Fitch a observé la structuration de quelques CLO. Selon de récentes rumeurs, JPMorgan, Bank of America et Citigroup auraient approché des gérants de leveraged loans afin d’offrir de nouveaux CLO adossés à des prêts à risque et de rendement élevé. De fait, d'après certains observateurs, la tendance actuelle des entreprises à refinancer leur dette avec des émissions high yield suggère que les gérants de CLO commencent à obtenir le remboursement de prêts sous-jacents. Cette dynamique devrait donc favoriser la reconstitution de leur trésorerie et les chances supplémentaires d'un redéploiement de leurs liquidités sur les marchés.

Dans l’attente des premières émissions de CLO, les experts tablent sur une activité primaire très limitée en 2010. Wells Fargo Securities anticipe un volume de 3 à 6 milliards de dollars, JPMorgan autour de 5 milliards. Le niveau élevé de volatilité devrait aussi limiter les placements aux seules tranches «AAA», et avec des structures présentant des effets de levier beaucoup moins agressifs que lors de la période 2004-2007.

A lire aussi