Le marché continue à tester les autorités japonaises sur le yen

le 25/08/2010 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

La hausse de la devise nippone s'est accélérée hier après la fermeture de la Bourse de Tokyo, à la suite de la prise de parole du ministre des Finances japonais

Nous suivons l'évolution des marchés avec une extrême vigilance», a répété à la presse hier matin le ministre des Finances japonais Yoshihiko Noda. Paraissant démuni face à la hausse du yen depuis quatre mois, le gouvernement peine à rassurer les marchés. Après la prise de parole du ministre, les marchés ont semblé définitivement exclure une action directe sur les changes. Il s'ensuivit une course effrénée du yen à la hausse. Le dollar-yen a atteint dans l’après-midi 83,76, avant de repasser à la hausse la barre des 84. La devise nippone s'est ainsi en journée rapprochée un peu plus de son record de 1995 à 80,53.

«Le marché va tester la capacité des autorités japonaises à intervenir, et, à moins qu'elles ne prennent une décision effective, le dollar s'orientera vers les 80 yens. L'économie japonaise en souffrira énormément, car les économies américaines et asiatiques ralentissent», commente Paul Robson, stratège des changes chez RBS Global Banking à Londres. Depuis le début de l'année, le yen s'est apprécié de près de 10% face au dollar, pénalisé par la montée des inquiétudes sur la solidité de la reprise aux Etats-Unis.

Le gouvernement japonais paraît bien seul face à sa monnaie. Alors qu’une action non concertée au niveau international, au-delà d’être exclue, serait inefficace, une décision coordonnée avec les partenaires du G7 semble improbable. Un assouplissement de la politique monétaire semble se dessiner comme le scénario le plus envisageable notamment à travers une nouvelle extension des prêts d’urgence à 0,1%. Un scénario dont le quotidien Nikkei s'est fait l'écho hier, évoquant un accroissement de la facilité de 20.000 à 30.000 milliards de yens. Dans l'immédiat, l'Etat pourrait surtout réévaluer son programme d’émissions obligataires (actuellement de 21,6 milliards de yens) pour financer un probable programme de relance.

A lire aussi