L’immobilier de bureaux francilien se reprend mais reste fragile

le 08/07/2010 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

Selon Immostat-IPD, les investissements en Ile-de-France sont en forte hausse au second trimestre 2010 par rapport à 2009, mais loin de 2007

Les chiffres de l’immobilier de bureaux francilien sont encourageants, mais encore loin d’assurer une reprise dynamique du secteur. Selon les indicateurs publiés hier par Immostat-IPD, les investissements ont enregistré une hausse de 65% au deuxième trimestre 2010, par rapport au deuxième trimestre 2009. Ils s’élèvent ainsi à 1,36 milliard d’euros de transactions, contre 820 millions il y a un an. Pour le premier semestre 2010, le montant global des investissements en Ile-de-France est ainsi porté à 2,3 milliards d’euros, contre 1,3 milliard à la même période en 2009.

«La reprise se confirme en Ile-de-France, mais elle reste très modérée au regard des niveaux d’investissement des années précédentes», commente Richard Malle, directeur de la recherche France chez BNP Paribas Real Estate. Les montants du second semestre 2010 sont en effet encore loin de ceux d’avant la crise. Au premier semestre 2007, année record, les investissements franciliens avaient même atteint 10,9 milliards d’euros.

La demande placée de bureaux a elle aussi augmenté au second trimestre à 559.800 m², contre 445.500 m² pour la même période en 2009. «Ce sont toujours les petites et moyennes surfaces qui tirent le marché, puisqu'elles ont augmenté de plus de 25 % sur un an tandis que les grandes transactions sont stables», poursuit Richard Malle. L’offre globale s’est quant à elle stabilisée (-1%) au second trimestre. Un simple effet passager pour l’économiste qui s’attend à un accroissement du taux de vacance d’ici à la fin de l’année. «La stabilisation réelle de l’offre est plutôt attendue pour 2011», explique-t-il.

Le loyer facial moyen de seconde main en Ile-de-France conserve quant à lui sa tendance baissière au second trimestre avec un recul de 3% sur le trimestre précédent, à 304 euros m²/an.

A lire aussi