L’évolution des bénéfices n'est pas la préoccupation des investisseurs

le 26/01/2009 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

Philippe Percheron, multigérant au CM-CIC Asset Management

L’Agefi: Craignez vous que les premiers résultats 2008 fassent retomber les Bourses sur de nouveaux plus bas?

Philippe Percheron: Les Bourses ont, depuis leur plus bas de novembre, gagné environ 20%. Un rally qui s’est terminé alors que commençaient les annonces de résultats pour le dernier trimestre 2008. Bons ou mauvais, ils ont peu d’incidences sur les cours. La préoccupation des investisseurs n’est pas, actuellement, l’évolution des bénéfices que l’on attend franchement en baisse, mais est plutôt de mesurer la capacité de survie des sociétés et d’évaluer la solidité de leur bilan. L’arrêt brutal du rally début janvier et le probable retour vers de nouveaux plus bas, en est l’illustration. La fraude de la SSII indienne Satyam, le défaut de Nortel, l’aggravation de la situation financière des banques et tout nouvel événement menaçant l’équilibre du système ont aujourd’hui davantage de conséquences sur les cours que la dynamique des résultats ou l’évolution de la conjoncture dont on s’occupera plus tard.

L’entrée en fonction de Barack Obama aura-t-elle un impact sur Wall Street?

Pour les marchés financiers, l’arrivée de Barack Obama marque la fin d’une période d’incertitude durant laquelle le manque de capitaine a avivé l’impression d’une certaine inefficacité des politiques mises en place. L’investiture d’Obama, c’est l’assurance d’une action forte des pouvoirs publics sur l’économie. Même s’il n’est pas parfait, le plan de soutien d’un montant de 850 milliards de dollars contribuera à dynamiser l’économie américaine et mondiale et prendra le relais des politiques monétaires dont on commence à voir, un an après les premières décisions, les premiers effets.

A lire aussi