L’euro pourrait franchir le cap de 1,50 contre le dollar à plus ou moins brève échéance

le 12/10/2009 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

Eric Bourguignon, responsable de la gestion taux de Swiss Life Asset Management

L’Agefi : Jusqu’à quel niveau l’euro peut-il progresser face au dollar ?

Eric Bourguignon : Nous estimons que l’euro pourrait allègrement franchir le cap des 1,50 contre le dollar à plus ou moins brève échéance. Devenue une des devises les moins bien rémunérées au monde, le dollar est en effet en train de supplanter le yen comme monnaie de financement des opérations de carry trade, ce qui pèse mécaniquement sur son cours. Mais plus fondamentalement le dollar pâtit de la dégradation impressionnante de la situation financière des Etats-Unis et de l’agressivité de son policy mix, qui, à terme, menacent son statut de monnaie de réserve. Il suffit pour s’en convaincre de voir les récents efforts consentis par la Chine pour promouvoir les DTS (droits de tirage spéciaux), ou pour s’affranchir du dollar dans le règlement de ses échanges.

Une parité euro/livre à 1 est-elle envisageable ?

Le Royaume-Uni a sans doute été parmi les pays les plus affectés par la crise économique et financière. Le gouvernement a pris des mesures drastiques pour stabiliser la situation et éviter la faillite complète du système bancaire. Nulle part ailleurs la banque centrale n’a poussé aussi loin la logique d'assouplissement quantitatif. Mais cette fuite en avant conduira probablement le pays à enregistrer le déficit budgétaire le plus important des pays du G20 l’an prochain. Elle se traduira par un processus de monétisation durable de sa dette et pourrait faire resurgir le spectre de l’inflation. Elle fragilise donc clairement la livre sterling déjà passablement ébranlée par la remise en cause du modèle de développement britannique basé sur l’endettement et les services.

A lire aussi