« L'euro est proche de son niveau d'équilibre »

le 21/06/2010 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

Jean Fauconnier, gérant gestion absolue chez Groupama AM

L’Agefi: Quelles sont vos prévisions sur l’euro pour le mois de juin ?

Jean Fauconnier : Les mauvaises nouvelles n’ont pas manqué ces derniers jours. Les banques espagnoles n’arrivent plus à se refinancer sur les marchés, une nouvelle dégradation de la Grèce a provoqué de nouvelles ventes forcées, les données macro aux Etats-Unis sont décevantes (ventes au détail, immobilier et créations d’emploi), enfin Fedex et Nokia ont connu des alertes en bourse. Pourtant, l’aversion pour le risque diminue, permettant ainsi à la parité euro-dollar de consolider. Cela a été facilité par le fait que la fin de semestre arrivant, les intervenants ont allégé les positions courtes euro contre dollar et par le fait que la chute des actifs risqués intégrait sans doute un degré exceptionnellement élevé de mauvaises nouvelles. Au bout du compte, même si l’euro continue dans une tendance baissière, l’euro contre le dollar devrait rester dans une fourchette 1,21 à 1,25 d’ici la fin du mois.

Selon vous, l’euro faible est-il une chance ou un problème pour l’Europe ?

Certes, la baisse de l’euro a été brutale et historique mais au niveau actuel, on ne peut pas encore dire qu’il est faible. Il est au-dessus de son niveau de lancement en 1999 et proche de son niveau d’équilibre. Le problème réside surtout dans le rythme de baisse qui met sous pression les marchés et donne peu de visibilité aux entreprises. C’est une chance à plusieurs niveaux: si le mouvement récent de baisse se poursuit, il permettra d’atténuer les éléments récessifs des plans d’austérité et diminuera les risques déflationnistes. C’est surtout un défi majeur lancé aux politiques pour faire avancer la construction européenne, faute de quoi, la survie de l’euro est en danger.

A lire aussi