L’or : une classe d’actifs diversifiante encore précieuse ?

le 20/11/2009 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

Le fonds sectoriels or et métaux précieux s’affichent en tête des classements de performance. Portés par les records historiques du cours de l’or et le rally du marché des actions, certains de ces fonds affichent des rendements de plus 70% depuis le début de l’année. La question de la place de cette classe d’actifs, traditionnellement diversifiante dans les portefeuilles, se pose néanmoins après ces niveaux records.

L’indicateur de valorisation de l’or physique est représenté sur le graphique ci-contre. Cet indicateur de «cherté de l’or» - qui se lit comme une échelle de sur/sous-valorisation - est le résultat d’une modélisation intégrant les principaux déterminants de la demande et de l’offre influençant le cours de l’or.

Parmi les facteurs gouvernant le prix de l’or, nous avons retenu l’activité économique mondiale, l’inflation mondiale, le taux de change effectif du dollar, l’aversion pour le risque, etc.

Depuis quelques semaines, cette matière première a bénéficié de la baisse du dollar et des craintes sur l’inflation liée à l’abondante liquidité mondiale. A plus long terme, la hausse du cours de l’or est également liée au rattrapage d’une sous-valorisation observée entre 2003 et 2005.

Toutefois, le niveau du cours observé début novembre traduit un phénomène de surréaction à l’évolution favorable de ses déterminants. En dehors d’une forte dépréciation du dollar ou d’une résurgence des tensions inflationnistes, le niveau actuel de l’or plaide plutôt pour une place modérée dans les portefeuilles.

A lire aussi