L'apaisement de la volatilité implicite est lent mais inéluctable

le 01/10/2009 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

Malgré le palier atteint ces deux derniers mois, son orientation semble plus aisée à anticiper que celle des marchés actions

Inélastique à la baisse. Depuis maintenant deux mois, la volatilité implicite (VI) 90J de l’EuroStoxx 50 avoisine les 25 %. De prime abord, le processus de détente débuté fin 2008 paraît donc interrompu.

Cela semble paradoxal, le troisième trimestre ayant été marqué par une progression quasi continue des indices actions et un relâchement des spreads de crédit, deux phénomènes allant typiquement de pair avec une décrue de la VI.

Ce palier de la VI est d’autant plus troublant que la volatilité réalisée de l’indice est, elle, en constante baisse. Il y a un mois de cela, nous indiquions que le mois d'août fut, pour les marchés actions, le mois le plus calme depuis la chute de Lehman Brothers. Et septembre l'est davantage encore, avec une variation quotidienne moyenne de l’EuroStoxx 50 atteignant le niveau extrêmement bas de 0,76 %, ou 12,0 % en annualisé soit la moitié de la VI 90J.

La récente atonie des marchés actions s’explique principalement par les moindres variations des secteurs qui, jusqu’alors, surréagissaient fortement aux variations de l’appétit pour le risque, tels que les banques, les assurances ou encore la construction.

Entre progression des marchés actions, spreads de crédit diminuant et volatilité réalisée indicielle exceptionnellement basse, la VI ne semble avoir qu’un seul exutoire possible. La position ouverte sur les puts est, de plus, conséquente ; pour une partie des gestionnaires d'actifs, les portefeuilles semblent déjà couverts jusqu’à la fin de l'année. Dans ces conditions le repli de la VI est une quasi-certitude et des statistiques confirmant la reprise économique pourraient servir de catalyseur.

daniel.roy@newedgegroup.com

 

A lire aussi