L'activité sur le marché des dérivés de gré à gré repart de plus belle

le 07/12/2009 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

Selon la BRI, les encours notionnels ont crû au premier semestre de 10 % à 605.000 milliards de dollars dans un contexte de chute des valorisations

Après leur chute de 20 % au deuxième semestre 2008, les encours de produits dérivés de gré à gré (OTC) ont renoué avec la hausse.

Selon le rapport trimestriel de la Banque des règlements internationaux (BRI) publié ce matin, leurs montants notionnels ont crû au premier semestre de 10% à 605.000 milliards de dollars, au-dessus de leur niveau du deuxième semestre 2007.

Ce regain d’activité s’est effectué dans un contexte de baisse des valorisations. Les «valeurs de marché brutes», qui mesurent le coût de remplacement des contrats en circulation, ont chuté de 21% à 25.000 milliards. Les «expositions au crédit brutes» (différence entre la valeur brute des contrats à valorisation positive et celle des contrats à valorisation négative) ont reculé de 18% sur le semestre à 3.700 milliards de dollars.

Dans un environnement de taux bas et de craintes sur les changes, les encours de dérivés de taux ont augmenté de 13% à 438.000 milliards (72,4% de l’encours total). En cohérence avec l’activité de couverture accrue, la croissance des volumes s’est concentrée sur les contrats d’options et de swaps à plus longues maturités et en termes de devises, sur le dollar, la livre et l’euro.

Ceux des forward rate agreements (FRA) ont grimpé de 34% à 47.000 milliards, contre une avancée de 18% à 49.000 milliards pour les options. La valeur brute totale des dérivés de taux a, elle, baissé de 14% à 15.000 milliards.

Les contrats de protection contre le risque de défaut (CDS) poursuivent leur dynamique baissière entamée début 2008. Leurs encours a été ramené à 36.000 milliards à fin juin 2009, contre un niveau proche des 60.000 milliards fin 2007.

A lire aussi