« Il y a encore de la valeur dans les obligations d’entreprises »

le 12/07/2010 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

Adam Cordery, responsable de la gestion crédit euro chez Schroders

L'Agefi: le marché primaire du crédit s’est-il refermé en Europe ?

Adam Cordery: Il n'y a pas eu beaucoup d'activité sur le marché primaire des obligations corporates au cours des derniers mois en raison des craintes de «double dip» [risque de rechute de l'économie, ndlr], de défauts souverains, de crises bancaires systémiques, de la fin de l'euro, voire même de l’Union européenne. Les prix du marché ont pris en compte cette panique. Les rendements des obligations d’entreprises sont à notre avis élevés compte tenu des taux de défaillance d’entreprises actuels et anticipés, tandis que les rendements des Gilts et Bunds sont faibles compte tenu des taux d'inflation et des objectifs fixés. Même si la panique s'estompe aujourd'hui, l’amélioration attendra probablement septembre, une fois passées les vacances d'été. Si les pires craintes du marché ne se sont pas concrétisées d'ici là, les faibles gains engendrés par le cash, les Bunds ou les Gilts paraîtront alors beaucoup moins attractifs que les rendements offerts par les obligations d’entreprises.

Dans ce contexte, quelle classe d’actifs jouez-vous?

Nous pensons qu'il y a encore de la valeur dans les obligations d’entreprises. Nous aimons particulièrement les valeurs cycliques, les financières subordonnées et les obligations à haut rendement, qui bénéficient toutes de la croissance économique modeste, et qui présentent des spreads plus élevés que les non-cycliques, la dette senior et les obligations notées investissement. Nous avons récemment acheté les noms suivants: America Movil, Europcar, Volkswagen Bank. Nous souhaitons également sous-pondérer la duration des taux d'intérêt parce que le rendement total des obligations d’entreprises est relativement faible et peu attractif en raison des très bas niveaux des rendements sous-jacents des Gilts et Bunds.

A lire aussi