« II existe un risque de correction de 10 % des marchés boursiers »

le 15/03/2010 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

Yves Maillot, directeur investissements et actions chez Robeco Gestions

L'Agefi : Anticipez-vous une correction des marchés boursiers au cours des mois à venir ?

Yves Maillot : Après le rebond très important enregistré depuis douze mois, notre vision est celle d’un marché en attente de signes supplémentaires d’une poursuite de la reprise de l’activité, notamment aux Etats-Unis. Par un effet de mimétisme, de bonnes statistiques sur l’emploi outre-Atlantique contribueraient également à améliorer le sentiment de marché sur les actions européennes. Compte tenu des restructurations déjà opérées par les sociétés, notre opinion réservée est surtout liée à la perception de risques macroéconomiques (taux de change, solidité du système bancaire…). Aux niveaux actuels de valorisation, nous estimons qu’il existe un risque de correction d’environ 10% des marchés boursiers au cours des prochains mois.

Qu’est-ce qui explique votre prudence particulière sur le Japon ?

L’économie nippone bénéficie d’effets de base favorables par rapport au début de l’année 2009, mais cette amélioration conjoncturelle a déjà été intégrée par les investisseurs. La particularité du Japon est que sa crise bancaire a émergé voici vingt ans et que le pays est embourbé depuis une quinzaine d’année dans un marais déflationniste. L’un des grands défis de l’Archipel consiste donc à créer les conditions d’un environnement un peu plus «reflationniste», alors même que sa démographie joue en sens contraire et que sa dette publique atteint deux fois son PIB. Celui-ci est d’ailleurs revenu l’an dernier à son niveau de 1992, après une chute sans précédent de la production depuis la seconde guerre mondiale. Enfin, même améliorée, la rentabilité des sociétés japonaises est loin d’avoir atteint les standards occidentaux.

A lire aussi