« Une hausse du refi est envisageable d'ici à la première moitié de 2011 »

le 20/09/2010 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

Laurent Bilke, responsable global de la stratégie d’inflation chez Nomura

L’Agefi : Suite à l’extension à début 2011 de certaines mesures de liquidités exceptionnelles de la BCE, pour quand tablez-vous sur une hausse des taux ?

Laurent Bilke: C’est envisageable à horizon de la première moitié de l’année 2011, en l’absence de rechute de l’économie globale. La BCE a opéré un changement subtil, mais très important dans sa communication récemment: les risques concernant l’inflation sont désormais vus à la hausse, une première depuis septembre 2008. L’inflation va vraisemblablement flirter avec les 2,0% début 2011, peut être au-delà avec la hausse des prix alimentaires. Il faudrait que l’économie montre de clairs signes d’affaiblissement pour que dans un tel contexte la BCE ne réagisse pas. Enfin, la BCE peut d’un point de vue technique conserver certaines des mesures exceptionnelles mises en place pendant la crise financière pour aider la périphérie, tout en augmentant les taux. Une hausse des taux de 25 pb ne changerait pas la donne pour les banques grecques ou irlandaises, l’important pour elles, c’est la politique de liquidité de la BCE.

Le récent écartement des taux à 10 ans allemands est-elle partie pour durer?

C’est très probable, mais le moindre doute sur la dette souveraine (qui peut refaire surface à tout moment) serait à nouveau favorable aux obligations allemandes. Les fondamentaux économiques, eux, devraient justifier des taux à 10 ans à 3,0% plutôt que 2,3%. Le résultat, c’est que les taux obligataires risquent d’être très volatils dans les semaines qui viennent. Si une rechute est possible, la tendance devrait être à la hausse et le Bund 10 ans devrait évoluer dans les mois qui viennent dans une fourchette dont le point haut est 3%.

A lire aussi