Les gérants s’attendent à au moins six mois de taux bas

le 04/05/2009 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

Après le probable geste de la BCE le 7 mai, le cycle des baisses de taux des banques centrales sera terminé, estime le « Panel Taux Agefi »

La réunion de la Banque centrale européenne du 7 mai pourrait être l’occasion d’un dernier geste avant une période de stabilité des taux directeurs.

Si la Réserve fédérale, la Banque d’Angleterre et la Banque du Japon ont déjà terminé leur cycle de baisse, la Banque centrale européenne (BCE) devrait réduire de 25 points de base supplémentaire son refi, à 1 %. 82 % des gestionnaires du Panel anticipent ainsi un taux à 1 % d’ici trois mois, contre 77 % le mois dernier.

Compte tenu des réticences exprimées par les représentants de la BCE vis-à-vis de la politique de taux zéro, les membres du Panel ont contenu leurs anticipations de baisse de taux.

Alors que 9 % d’entre eux voyaient le mois dernier un refi à 0,5 % à fin juin, plus un seul n’y croit à présent. Barclays Capital et JPMorgan ont ainsi relevé leurs anticipations à trois mois de 0,5 à 0,75 %. Deutsche Bank a rehaussé sa prévision de 25 pb à 1 %. A un horizon de six mois, des gérants ont procédé à des ajustements similaires. BNP Paribas par exemple ne table plus sur un taux directeur à 0,25 % mais à 0,75 %. 

Dans cet environnement de taux bas, les gestionnaires s’intéressent davantage aux mesures non conventionnelles. La Banque centrale européenne devrait rendre sa décision à ce sujet lors de la réunion du 7 mai. Les rachats d’obligations bancaires sont considérés par les économistes comme un moyen plus efficace pour relancer le crédit. 

Les Etats-Unis et les Royaume-Uni acquièrent déjà des titres sur le marché, notamment des obligations d’Etat. Toutefois, l’efficacité de cette démarche qui vise, entre autres, à faire baisser la courbe des taux, semble encore discutable. Les taux à dix ans y ont en effet progressé en avril.

Pour les mois qui viennent les membres du Panel s’attendent toujours à une baisse des taux longs, mais de façon plus limitée que le mois dernier. Aux Etats-Unis, alors que le taux à dix ans est passé au-dessus de la barre de 3 % la semaine dernière, le panel le voit à 2,69 % fin juillet, contre une précédente anticipation à trois mois de 2,54 %. 

Sur le marché des changes, le Panel table globalement sur une relative stabilité des parités. Toutefois, les visions sont assez disparates en particulier sur l’euro/dollar. A six mois, les anticipations s’échelonnent de 1,15 pour Henderson Global Investors à 1,45 pour Goldman Sachs.

A lire aussi