Les fonds monétaires rechutent sur le marché français des OPCVM en juin

le 13/07/2009 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

Les placements de trésorerie ont subi une décollecte de plus de 16 milliards d'euros, tandis que le marché enregistre 12,3 milliards de sorties

L’embellie des Bourses et l’appétit retrouvé des investisseurs pour le risque semblent avoir eu raison des placements en trésorerie, réputés plus sûrs. Au mois de juin, les organismes de placement collectif en valeurs mobilières (OPCVM) de droit français investis sur le marché monétaire ont vu leurs encours reculer de 3,5 %, à 437 milliards d’euros, selon les statistiques publiées par Europerformance – SIX Telekurs. Cette catégorie a subi 16,6 milliards de sorties. Mais les encours affichent toujours un mieux par rapport au début de l’année, notamment grâce à un excellent mois de mai, au cours duquel ils avaient enregistré 6,7 milliards de collecte, la plus importante, toutes catégories confondues. Les OPCVM de trésorerie ont progressé de quasiment 10 % depuis le début de l’année. 

Une telle contre-performance pèse sur l’ensemble du marché des OPCVM. Hors fonds alternatifs, ce dernier affiche une décollecte de 12,3 milliards d’euros. Celle-ci a contribué au recul des encours de 1,7 %, qui atteignent 818 milliards. La progression des autres catégories de placements (hormis les fonds garantis ou à formule, qui subissent une légère décollecte de 250 millions, soit -0,5 %) n’a donc pas suffi. Les placements diversifiés (euro, internationaux, obligations convertibles et absolute return) ont rencontré le plus de succès. Les encours ont progressé de 2,3 %, avec une collecte de 2,5 milliards d’euros sur le mois, et de 10 % depuis le début de l’année. Même regain d'intérêt pour les fonds obligations, dont les encours varient de 3 % grâce à une collecte nette de 1,1 milliard.

A lire aussi