Les flux d’ETP ont soutenu la demande en or au deuxième trimestre

le 12/07/2010 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

Les acheteurs chinois et indiens en métal jaune physique se sont raréfiés alors que les investissements atteignent des records proches de début 2009

Si quelques fluctuations à la baisse à court terme ont été observées ces derniers mois, la tendance du cours de l’or est clairement à la hausse depuis le début de la crise financière. La volatilité des marchés aura eu pour conséquence la multiplication par quatre du cours en deux ans. Au dernier trimestre 2008, l’once d’or coûtait 200 dollars. Enregistrée à 1.115 dollars au premier trimestre, elle a atteint vendredi près de 1.200 dollars. La demande, si elle a légèrement ralenti au premier trimestre, devrait au second rester soutenue grâce aux investissements.

Les investisseurs, au deuxième trimestre, se sont rués sur les fonds indiciels cotés donnant accès au cours de l’or (ETP), tandis que la demande physique s’est effondrée. Selon la recherche de Barclays, «les flux d’ETP ont bondi au deuxième trimestre à leur deuxième plus haut niveau après le record du premier trimestre 2009». Une fois les chiffres définitifs de la demande physique disponibles, les équipes de la banque anglaise s’attendent à ce que le niveau d’investissement dépasse la demande en joaillerie au deuxième trimestre. Une situation que le marché de l’or n’a déjà connu qu’une fois, au fameux premier trimestre 2009.

Ces chiffres marquent un retournement par rapport au premier trimestre. Traditionnellement importants en début d’année, les achats en bijoux en Inde et en Chine ont été de fait très soutenus. Les importations indiennes ont atteint 90 tonnes sur les trois premiers mois de l’année, multipliant ainsi par quatre leur niveau par rapport au premier trimestre 2009. Mais cela n’a pas suffit à enrayer la baisse de la demande mondiale en or physique au premier trimestre par rapport au dernier trimestre 2009. Une diminution que les investissements en or, très faibles au début de l’année (10 tonnes) n’ont pas pu compenser.

A lire aussi