Fitch croit à une consolidation des gérants de CLO en Europe

le 16/06/2010 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

Selon l'agence, 65 % des plates-formes qu'elle note ne sont pas rentables. Le point mort est fixé à quatre CLO sous gestion

Tandis que la production des leveraged loans, ces prêts finançant les LBO, redémarre, le segment des obligations adossées à des prêts (CLO) attend encore la réouverture de son marché. Malgré la réduction des effets de levier entamée à l’automne 2008, l’industrie des gérants de CLO est restée statique. Alors qu'il n'y a pas eu de nouvelles émissions depus fin 2008, Fitch a estimé en mai dernier à 85 milliards d’euros le montant des actifs européens sous gestion. Un niveau élevé. Le remboursement des tranches seniors n’ayant pas respecté les tests de surdimensionnement contribue cependant à faire baisser l'encours.

Sur 68 plates-formes de CLO suivies par l’agence, seulement quatre sont sorties du marché ou ont été consolidées. Au vu de la sous-performance de ces dernières années, pour Fitch, «demander le remboursement anticipé des CLO aboutirait à une perte totale du principal pour le porteur de tranche equity». Un résultat peu attractif étant donné que les tests de surdimensionnement sont mieux respectés et que les flux reprennent sur les tranches equity.

Mais Fitch note que près de la moitié de 64 plates-formes qui sont responsables de 30% des encours de CLO «montrent peu ou pas d’engagement par rapport à l’activité et n’ont pas réussi à atteindre une masse critique». Ce manque d’engagement s’explique par la réduction des ressources dédiées aux CLO et à leur gestion, notamment côté activité européenne des gérants américains.

Leur modèle économique est donc sous pression. Selon Fitch, une plate-forme doit inclure quatre CLO d’une taille moyenne de 400 millions d’euros pour être rentable. Cela signifie que 65% des plates-formes actuelles ne le sont pas. Les gérants ont peu ou pas adapté leurs modèles aux conditions de marché actuelles, la principale stratégie étant celle du «wait and see», la seconde, peu utilisée, étant la diversification et l’extension des plates-formes par l’acquisition de CLO, comme l'ont fait Avoca Capital, Pramerica et Alcentra.

Les gérants tombent à présent dans deux catégories: les gérants de premier plan et actifs, dits «top-tier», et les plates-formes passive dites «zombies». Pariant sur de meilleures perspectives pour les CLO, Fitch continue de croire que ce marché sera plus concentré et sélectif ces prochaines années, vu que les investisseurs travailleront avec un certain nombre de gérants «top-tier».

A lire aussi