La division de l'Europe pénalise la Grèce

le 19/03/2010 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

L'idée d'un soutien du FMI à Athènes a été très mal perçue par le marché des taux

L'accalmie a été de courte durée pour la Grèce. Au lendemain de l'évocation par le Premier ministre George Papandréou d'un recours au Fonds monétaire international en cas d'absence d'aide européenne, la courbe des taux grecque s'est fortement tendue, enregistrant jusqu'à 40 pb de hausse sur la maturité deux ans. L'information de Dow Jones selon laquelle le pays irait demander l'aide du FMI lors du week-end de Pâques a jeté le trouble, exacerbant la nervosité des marchés. L'euro/dollar a reculé de 1,1% à 1,358. 

A lire aussi