D'une reprise en U à une reprise en W

le 27/08/2009 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

Le Président de la Banque centrale européenne (BCE) a aiguisé l’intérêt pour l’actualisation trimestrielle des prévisions de croissance de la BCE. Donnant rendez-vous la semaine prochaine pour le concret, Jean-Claude Trichet déclarait le mois dernier certes toujours s’attendre à une reprise en 2010 (une séquence de hausses trimestrielles du produit intérieur brut, PIB), mais laissait sous-entendre que celle-ci pourrait s’observer plus tôt que prévu, avant même le milieu de l’année prochaine. 

N’est-ce pas toujours trop tard ?

La plupart des informations disponibles suggèrent une hausse du PIB de la zone euro de l’ordre de 0,2 % au troisième trimestre 2009. Pour l’heure, avec -4,6 % de PIB annuel cette année, la BCE prévoit encore une récession au second semestre. Une révision (possible) de cette prévision vers -4,0 % annuels impliquerait au contraire une hausse du PIB sur la période. 

Que ce passera-t-il plus tard ?

Pour 2010, la BCE prévoit une contraction de 0,3 % du PIB annuel, soit vu l’acquis de décroissance accumulé en 2009, une séquence de hausses du PIB de l’ordre de 0,2 % chaque trimestre – la fameuse reprise de Jean-Claude Trichet. Toute révision de cette prévision à moins de +0,6 % de PIB annuel (après -4 % en 2009) suggérerait que la Banque centrale ne croit plus en une reprise de l’économie européenne en 2010. 

Ce risque n’est pas négligeable, à en croire Yves Mersch, le représentant luxembourgeois de l’Eurosystème, qui déclarait cette semaine que la reprise n’était pas durable, car financée par la dette publique.

La BCE peut donc opérer un changement radical de vue avec l’actualisation de ses projections de croissance la semaine prochaine. Sa vision pourrait ne plus être celle d’un U très plat, mais d’un W un peu aplati. Dans ce cas, les anticipations de hausse de taux d'intérêt que certains dessinent pour la fin 2010 seraient balayées.

A lire aussi