La croissance des prêts au secteur privé en zone euro reste lente

le 29/06/2010 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

Après leur hausse en avril, les prêts au secteur privé ont augmenté de 0,2 % en mai. La masse monétaire M3 est à l'inverse en baisse de 0,2 %

Le montant global des prêts accordés aux entreprises de la zone euro a augmenté en mai de 0,2% sur un an, contre 0,1% en avril. Les emprunts contractés par le secteur privé ont ainsi augmenté de 18 milliards d'euros en mai, mais demeurent inférieurs de 2,1% à leur niveau de mai 2009. Des chiffres certes revenus dans le positif depuis le mois d’avril et qui sont donc encourageants. Cependant la reprise claire du crédit n’est pas encore là.

«À court terme, les prêts au secteur privé devraient se traîner, mais rester fermement en territoire positif», envisage Costa Brunner, économiste sur la zone euro pour Natixis. «La pression inflationniste devrait rester basse à moyen terme», poursuit-elle.

La masse monétaire M3, que la BCE considère comme un indicateur de l'inflation, affiche pour sa part une baisse de 0,2% sur un an en mai, alors que les analystes anticipaient enfin une hausse à  0,3%. «La baisse est surprenante mais elle ne constitue apparemment pas vraiment une mauvaise nouvelle car elle semble indiquer que les refinancements bancaires sont en train de revenir à la normale», relativise Thorsten Polleit, analyste de Barclays Capital. En moyenne mobile sur trois mois, la masse monétaire M3 est également en baisse de 0,2%, très loin de la croissance de 4,5% que la BCE considère comme une référence et au-dessus de laquelle elle juge que la stabilité des prix à moyen terme doit être son objectif prioritaire.

La zone euro est donc plus proche de la déflation que d’une menace inflationniste. D’autant plus que la croissance de la masse monétaire M1 est en baisse à 10,3% en mai, par rapport à 10,7% en avril.

A lire aussi