« Conserver des liquidités est une position d’attente devenue trop coûteuse »

le 13/09/2010 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

Claire Bourgeois, responsable de la gestion ALM taux et actions chez Groupama AM

L’Agefi : Qu'envisagez vous sur les taux européens et américains d’ici la fin de l’année ?

Claire Bourgeois : La poursuite de la baisse drastique des rendements américains et «européens core» n’est pas notre scénario central. Le mouvement de cet été par son ampleur et sa vitesse nous semble s’apparenter à une capitulation : conserver des liquidités est une position d’attente devenue trop coûteuse pour certains intervenants. Nous surveillerons particulièrement deux éléments qui pourraient provoquer, au moins un temps, une nouvelle chute des rendements. Le premier est la baisse significative des indicateurs ISM qui semble annoncée à la fois dans l’écart entre sa composante nouvelles commandes et sa composante stocks et dans la baisse de l’enquête de la Fed de Philadelphie. Le second est un retour de l’aversion pour le risque via notamment une résurgence des inquiétudes sur les dettes souveraines périphériques telles que l’Irlande et ses institutions financières.

Comment trouver du rendement dans ce contexte ?

On recherchera le rendement sur la courbe, le crédit et, dans une moindre mesure, sur le risque pays. La recherche de rendement devrait provoquer un aplatissement de la courbe favorable aux maturités intermédiaires à longues. L’investissement dans le crédit reste corrélé au niveau des taux et donc exposé à leur éventuelle remontée. On choisira donc les segments les moins corrélés à savoir les segments BBB et les émissions financières. A contrario, l’investissement dans un pays périphérique de type Espagne ou Italie fournira en plus d’un surcroît de rendement par rapport aux taux core une source de décorrélation appréciable en cas de remontée des taux.

A lire aussi