La Bundesbank met à la vente des titrisations issues de Lehman Brothers

le 18/11/2009 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

Figureraient dans la liste des actifs à céder par l'institution d’outre-Rhin près de 721 millions d'euros de RMBS néerlandais pris en garantie

La BCE, au travers de la Bundesbank, pourrait profiter de l’embellie du marché de la titrisation pour vendre les actifs toxiques des banques reçus en guise de garantie en échange de refinancement. Selon des sources de marché, la banque centrale d’outre-Rhin a mandaté Morgan Stanley et la société de conseil en financement structuré AgFe pour organiser la vente privée de 823 millions d’euros de titrisations émises par Lehman Brothers et ayant servi au repo (prêt gagé) avant la chute de la banque américaine.

Selon SG CIB, la liste des actifs à céder comprendrait neuf tranches seniors de RMBS non confirming néerlandais, destitres adossés à des crédits hypothécaires résidentiels de basse qualité.Ceux-ci s’élèveraient à 712,1 millions d’euros.

Pour UniCredit, «cette vente sera un "test" qui permettra de quantifier le coût implicite à supporter par les banques centrales pour leur apport de liquidités». Alors que les spreads des RMBS néerlandais notés «BBB» sont passés de 2.000 pb en mai 2009 à 990 pb aujourd’hui, l’ampleur de la perte pour la Bundesbank dépendra des méthodes de valorisation appliquées, des montants mis en garantie et de la décote appliquée aux titrisations lors de ses opérations de repo [haircut, ndlr]. Depuis février 2009, la BCE applique une décote de 12% et une marge additionnelle de 5% pour les titres ne cotant pas, contre une fourchette de 2% à 10% auparavant.

Pour Deutsche Bank, «une hausse graduelle des décotes sur repo est probablement la manière la plus facile pour encourager les banques à se réengager avec les investisseurs institutionnels. La solution actuelle de financement de la BCE continue d’entraver un engagement de sponsor/émetteur en vue de la réouverture du marché de la titrisation». Alors que les opérations publiques en Europe se comptent sur les doigts de la main, selon UniCredit, les tranches de titrisations retenues dans le bilan des banques cette année etgagées à la BCE contre refinancement s’élèvent à 336 milliards d’euros, contre 760 milliards en 2008.

La banque italienne s’attend à voir davantage de ventes de ce genre, Lehman Brothers n’étant pas le seul établissement à avoir fait défaut après sa mise au repo des actifs risqués.En 2008, la valeur nominale totale des créances de l’Eurosystème sur cinq établissements ayant fait défaut et ayant eu recours au repo – à savoir Lehman Brothers Bankhaus AG, Indover NL et trois filiales de banques islandaises - s’élevait à 10,3 milliards d’euros.

A lire aussi