Les besoins de refinancement resteront élevés en 2009

le 16/03/2009 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

Michael Mewes, gérant crédit chez JPMorgan AM

L’Agefi : Les conditions actuelles sont-elles toujours favorables à une poursuite, en Europe, de l’activité sur le marché primaire du crédit ?

Michael Mewes : Le marché primaire a connu une nette reprise ces quatre derniers mois, avec des records d’émissions d’entreprises non financières par rapport aux périodes comparables depuis 2001, et des niveaux proches des records pour les émetteurs financiers. Selon nous, les besoins de refinancement resteront élevés en 2009, et le marché primaire sera très actif. Les divergences de performances entre les émissions récentes se sont amplifiées, reflétant les préférences des investisseurs. La fuite vers la qualité persiste, et nous suivons le même positionnement. Les secteurs déjà bien valorisés (services publics, télécoms…) sont de plus en plus chers, tandis que ceux qui ont été dévalorisés en 2008 restent sous pression (finance, automobile…).

Ces derniers mois, JPMorgan AM avait une préférence pour le «high yield». En mars, vous privilégiiez la catégorie «A». Pourquoi un tel revirement ?

Nos préférences ont évolué, reflétant la volatilité extrême du marché. Le «high yield» ayant été massivement vendu jusqu’à la mi-décembre (avec des spreads de 19 % au dessus des Bons du Trésor), nous avons retenu certains émetteurs n’ayant pas de besoins de refinancement immédiats. Les spreads du «high yield» s’étant significativement tendus depuis (près de 4 % jusqu’à mi-février), les valorisations sont moins attractives alors que la classe d’actifs devrait rester volatile.

Notre préférence pour les émissions de qualité est liée au fait que la crise économique est loin d’être achevée. Nous sommes surpondérés "A+" et au-delà, et fortement sous-pondérés en A et qualité inférieure.

A lire aussi