Les besoins de financement des entreprises sont élevés

le 23/02/2009 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

Julien Daire, gérant obligataire crédit chez CPR AM

L'Agefi: les conditions de marché actuelles sont-elles toujours favorables à une poursuite, en Europe, de l’activité sur le marché primaire du crédit ? 

Julien Daire:  Oui, pour plusieurs raisons. Les besoins de financement des entreprises sont élevés : financement de l'activité courante, refinancement des dettes obligataires courtes et, pour certaines, refinancement des dettes d’acquisition (Roche, Imperial Tobacco). Etant donné la difficulté à trouver des financements aujourd’hui, les entreprises se tournent massivement vers les marchés obligataires et profitent de l’appétit actuel des investisseurs. Pour les banques, nous pensons que les émissions de dettes garanties par les Etats se poursuivront au détriment de la dette non garantie en raison de la prudence des investisseurs. Même si les volumes d’émissions sont impressionnants (un record de 50 milliards d'euros en janvier), toutes les émissions sont sursouscrites, signe de l’engouement des investisseurs. Ce regain d’intérêt s’explique notamment par une recherche grandissante de rendement dans un environnement de taux bas, et par une valorisation plus attractive que celle offerte par les actions.

Dans ce contexte, quelle classe d’actifs privilégiez-vous?  Nous continuons à privilégier la qualité. Nous concentrons nos investissements sur les émetteurs de la catégorie investissement (principalement «AA» et «A») sur des secteurs défensifs sur lesquels nous disposons d’une bonne visibilité sur les cash-flows futurs (utilities et TMT par exemple), en privilégiant les émissions primaires offrant un surcroît de rendement.

A lire aussi