« La BCE ne devrait pas augmenter ses taux avant juin 2011 »

le 08/03/2010 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

Cyril Regnat, stratégiste taux chez Natixis

L’Agefi : Au vu du retrait progressif des mesures de liquidités de la BCE, quand attendez-vous un relèvement des taux en zone euro ?

Cyril Regnat : La BCE ne devrait pas augmenter ses taux avant juin 2011, date à laquelle la banque centrale procédera à un premier resserrement monétaire de 25 pb. Nos perspectives de croissance et d’inflation pour la zone euro (attendues respectivement à 0,6% et 1% en 2010) militent en faveur d’un statu quo monétaire prolongé. La BCE devra tout d’abord s’atteler à normaliser sa politique monétaire en réduisant progressivement les excès de liquidités sur le marché interbancaire. Outre cette justification économique pour un statu quo durable, il sera dans l’intérêt de la banque de retarder au maximum ses resserrements monétaires afin de ne pas placer les émetteurs souverains dans une situation plus complexe.

Vous anticipez des taux à 10 ans au Royaume-Uni à 4,35 % d’ici à 6 mois. Pour quelles raisons ?

La sous-performance récente du marché obligataire britannique peut s’apparenter à une normalisation de la situation. Avec l’arrêt du programme de rachat de la BoE (200 milliards de livres), le marché du Gilt a perdu son principal vecteur de soutien. La situation budgétaire du Royaume Uni, en déficit de 12,8% en 2009, inquiète tout particulièrement les investisseurs, ces craintes étant accentuées par la présence d’une perspective négative chez S&P. Par ailleurs, le fait que l’inflation soit repassée récemment au-dessus du seuil des 2% et que la BoE juge les risques inflationnistes comme haussiers a tendance à desservir les Gilts. Ces facteurs, au même titre que les prochaines élections, devraient continuer à peser sur la dette souveraine dans les mois à venir.

A lire aussi