La Banque d'Angleterre laisse les ABS en bas de sa liste d'emplettes

le 11/02/2009 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

Pour soutenir le financement de PME et sociétés mal notées, l’institution réfléchit dans un deuxième temps à la mise en place d'un conduit

Le plan spécial de liquidité de la Banque d’Angleterre (BoE), arrivé à son terme fin janvier, avait prouvé que l'autorité monétaire disposait des moyens efficaces pour apporter stabilité et liquidité aux banques confrontées à l'arrêt du marché de la titrisation. Si ce dispositif est échu, la BoE dispose désormais de nouveaux moyens pour continuer à stabiliser la situation de liquidité des banques et de pallier, un temps, au gel du marché primaire.

«Pour compenser cette absence d’émissions primaires publiques, les établissements de crédit britanniques pourraient, à la place du SLS, recourir massivement à la facilité de fenêtre d’escompte, dont le but est de garantir de la liquidité au système bancaire britannique de la BoE», souligne Natixis. Mais surtout, depuis le 2 février, la BoE a les plein pouvoirs pour racheter un maximum de 50 milliards de livres d'actifs de qualité élevée du secteur privé. Alors qu’une telle mesure vise à augmenter la disponibilité du crédit dans l'économie réelle et réduire l’illiquidité de nombreux actifs, les titres adossés à des actifs (ABS) ne sont pas une priorité pour la BoE. De fait, l'institution, qui a donné des détails sur les dettes corporate éligibles au dispositif, débutera ses achats par ceux des papiers commerciaux libellés en livre dès le 13 février (hors papiers issus de conduits). 

Sans vouloir se précipiter, la banque centrale prévoit d’engager un dialogue plus large avec les parties intéressées sur les manières dont cette facilité pourrait être utilisée pour racheter des ABS. L’institution réfléchit notamment à la mise en place de structures assimilables à un conduit. De tels véhicules de rachats d’ABS viendraient ainsi soutenir le financement des petites entreprises ou sociétés d’une qualité de crédit inférieure à la catégorie «investissement» et porteraient sur des actifs sous-jacents qui comprendraient des prêts «corporate» libellés en livres. La liste d'actifs pourrait également inclure de l'escompte et du crédit-bail de biens d'équipement.

La BoE compte y associer différents investisseurs pouvant racheter des ABS dans leur intégralité ou simplement des tranches equity ou senior. «La création de telles structures peut prendre du temps», précise la BoE. Le marché britannique des ABS devra prendre son mal en patience. 

A lire aussi