La baisse du déficit externe américain peut soutenir le dollar à terme

le 19/10/2009 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

Laurent Bilke, senior économiste chez Nomura

L'Agefi : La dynamique baissière du dollar va-t-elle perdurer à moyen terme ?

Laurent Bilke : Plusieurs facteurs vont commander l’évolution de l’euro par rapport au dollar, justifiant une certaine faiblesse du dollar à court terme ; et un rebond dans un second temps. D’abord, l’appétit pour le risque : la dépréciation du dollar a coïncidé récemment avec un regain d’appétit pour le risque, les investisseurs se détournant du dollar au profit de monnaies porteuses d’investissements plus risqués. Bien que ce phénomène devrait en principe plutôt concerner la relation entre le dollar et les monnaies des émergents, en pratique il a aussi eu son importance dans la relation entre l’euro et le dollar. Ensuite, on peut penser que la BCE normalisera ses opérations avant que la Fed n’amorce véritablement sa stratégie de sortie, celle de la BCE étant plus facile à mettre en œuvre. Le résultat serait un nouvel accès de faiblesse du dollar, temporairement, avant que la Fed n’emboite le pas. Au-delà, les fondamentaux peuvent venir soutenir le dollar, en particulier la baisse en cours du déficit externe américain qui est très rapide.

Quelles sont vos perspectives à 6 mois sur l’euro/livre ?

La faiblesse de la livre a des fondements structurels qui resteront présents sur cet horizon. L’économie britannique peine à sortir de la récession, le désendettement des ménages pénalisant la croissance. Le déficit budgétaire et la menace d’un abaissement de la note de l’Etat sont également des facteurs pénalisants pour la monnaie britannique. La livre ne va peut être pas baisser sous la parité avec l’euro, mais son appréciation n’est pas pour tout de suite.

A lire aussi