Les actifs américains à long terme plaisent moins

le 16/12/2009 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

Les achats nets effectués par les investisseurs étrangers n'ont atteint en octobre que 20,7 milliards de dollars, contre 40,7 milliards en septembre

En octobre, la faiblesse de la reprise économique et les destructions massives d’emplois outre-Atlantique ont probablement influencé le comportement des investisseurs étrangers. Alors que le billet vert a connu un accès de faiblesse sur la période, dépassant même la barre psychologique de 1,50 dollar par euro, ces derniers ont acquis, selon les chiffres du Trésor américain, 20,7 milliards de dollars d’actifs américains à long terme, contre 40,7 milliards en septembre. Le moindre appétit des investisseurs non résidents est net. Le marché s'attendait à ce que les acquisitions atteignent les 37 milliards de dollars.

Malgré des taux des Treasuries à 10 ans plus attractif en octobre – ils ont commencé le mois à 3,17% pour le terminer à 3,38% - les achats d’emprunts d’Etat américains se sont établis à 38,9 milliards de dollars, à comparer aux 44,7 milliards de septembre. Le Royaume-Uni, le Japon et le Luxembourg ont réduit leurs positions respectivement de 18, 8 et 5 milliards de dollars, tandis que les détentions de Treasuries par la Chine sont restées figées à 798,9 milliards de dollars. En revanche, le Brésil et Hong-Kong en ont repris, dans l'ordre, pour 11 et 10 milliards de dollars.

Le désintérêt accru vis-à-vis des agences de refinancement immobilier Fannie Mae et Freddie Mac s’est traduit par des ventes nettes de 5 milliards de dollars de leur dette. Le tassement du rally des marchés d'actifs risqués s’est traduit par 10,5 milliards de dollars d'achats nets d'actions américains en octobre, après 15,6 milliards le mois d'avant. Les ventes nettes d'obligations américaines se sont limitées à 471 millions de dollars, alors qu'elles s'élevaient à 2,9 milliards précédemment.

A lire aussi