Bruxelles pointe du doigt l’inégalité de traitement entre dette et capital

le 29/09/2015 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

Selon un rapport sur la fiscalité publié lundi, ce biais nuit à la stabilité financière et augmente considérablement le coût d’une crise.

S’il n’y avait pas eu de biais fiscal en faveur de la dette par rapport au capital, le coût de la crise bancaire de 2008-2012 aurait été de 50% inférieur pour le contribuable français. C’est un des résultats de l’analyse périodique des régimes de taxation européen que vient de publier la...

Cet article est réservé exclusivement aux abonnés de L’AGEFI Quotidien

A lire aussi