L’immobilier de bureaux francilien continue de se dégrader

le 21/05/2015 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

C’est la première périphérie qui souffre le plus, La Défense et Paris hors QCA étant les seuls à enregistrer une légère hausse de leurs volumes.

Le marché de l’immobilier de bureaux francilien continue sa décrue, malgré la légère reprise de l’activité en France constatée depuis le début de l’année. Sur les douze mois glissants achevés fin avril, le volume des transactions réalisées en Ile-de-France s’est replié de 11% par rapport aux douze mois achevés fin janvier et de 4,7% par rapport à fin mars, selon les données fournies par BNP Paribas Real Estate. A la fin du mois dernier, il est ainsi repassé en dessous du seuil symbolique des 2 millions de m², à seulement 1,93 millions de m².

Seuls La Défense et Paris hors Quartier central des affaires (QCA) ont réussi à tirer leur épingle du jeu en enregistrant une légère hausse de la demande placée de 2% et 3%, alors que Paris QCA a lui vu ses volumes chuter de 6%. Les première et deuxième couronnes ainsi que le croissant Ouest ont continué d’être les zones les plus touchées, avec des baisses respectives de 31%, 18% et 19%. Par rapport à fin mars, la baisse des volumes sur douze mois glissants a néanmoins fortement ralenti pour revenir presque à la stabilité dans les première et deuxième couronnes. Le marché reste pénalisé par le manque de grandes transactions. «En dépit de signaux macroéconomiques positifs sur la zone euro comme la baisse du prix du pétrole, ainsi que la dépréciation de l’euro, les entreprises sont restées en retrait en termes d’investissement productif ainsi que pour leurs projets immobiliers», constate ainsi Jones Lang LaSalle. Le marché francilien est également toujours caractérisé par une abondance de l’offre, malgré un stock vacant qui est repassé juste en dessous du seuil symbolique des 4 millions de m² de bureaux, soit un taux de vacance de 7,6%.

Transactions de bureaux en Ile-de-France. Illustration L'Agefi.
ZOOM
Transactions de bureaux en Ile-de-France. Illustration L'Agefi.

A lire aussi