Les opérations d'arbitrage tirent la Bourse de Hong Kong de sa léthargie

le 10/04/2015 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

Si le Hang Seng a très largement sous-performé les indices chinois au premier trimestre, il s'est repris de 10% ces deux dernières semaines.

La Bourse de Hong Kong fait une partie de son retard sur les places chinoises. L’indice composite Hang Seng s’est offert deux séances consécutives de fortes hausses cette semaine, lui permettant de porter sa performance à 14,2% depuis le début de l’année. Les actions chinoises de classe H cotées à Hong Kong se sont envolées de 10% ces deux dernières semaines avec une hausse de 6,2% en séance mercredi, après une performance modeste de 5% sur les trois premiers mois de l’année.

Si les indices composites de Shanghai et Shenzhen offrent des performances exceptionnelles de 22% et 48% depuis le début de l’année, celles-ci ont été inférieures à celle du Hang Seng depuis le 27 mars, à respectivement 7,2% et 8,2%. Même l’indice ChiNext, en hausse de 71% sur 2015, a progressé moins rapidement de 9% sur cette période récente.

«Les volumes d'échanges totaux sur les actions de la Bourse de Hong Kong (HKEx) ont atteint un plus haut historique de 252,4 milliards de dollars mercredi, dépassant le précédent record de 211 milliards enregistré le 3 octobre 2007, le montant des opérations effectuées dans le cadre du Shanghai-Hong Kong Stock Connect ayant été le plus élevé depuis son lancement. La capitalisation boursière des actions cotées à Hong Kong a également battu un record, à 28.600 milliards de dollars», s’est félicité le HKEx. Le quota de 10,5 milliards de yuans alloué chaque jour aux investisseurs chinois en actions H a même été consommé dès la mi-séance mercredi, pour la première fois depuis le lancement du lien entre les Bourses en novembre. Le taux de consommation quotidienne du quota n’était que d’environ 10% auparavant, avec un précédent plus haut de seulement 22%.

Le «Stock Connect» semble ainsi désormais profiter aux actions A et H. «Les achats d’actions par le canal nord du Stock Connect se transforment progressivement d’un mouvement de spéculation en un mouvement de buy and hold. Les achats par le canal sud sont plus liés à des arbitrages: les acheteurs sont convaincus que la convergence entre actions A et H sera plus tirée par le marché chinois que celui de Hong Kong», explique Z-Ben Advisors.

La nature des investisseurs intervenant dans les deux marchés est en effet très différente, Shanghai étant très largement dominé par les particuliers chinois avec une montée en puissance récente des opérations de trading sur marge financées par de la dette, alors que Hong Kong est entre les mains des institutionnels.

A lire aussi