L'Autriche frappe fort sur le marché de la dette bancaire

le 03/03/2015 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

Vienne a décidé d'utiliser le nouveau régime européen de «bail-in» pour liquider le cas de Hypo Alpe Adria.

Les créanciers de Hypo Alpe Adria devraient essuyer des pertes alors que la bad bank issue de la banque autrichienne nationalisée en 2009, a été placée en résolution ce week-end. Le gouvernement autrichien a annoncé dimanche qu’il n’injectera plus d’argent public dans Heta Asset Resolution après que l’établissement a déclaré qu’il pourrait lui manquer jusqu’à 7,6 milliards de fonds propres. C’est la première fois que le nouveau régime de résolution bancaire européen trouve à s’appliquer.

Adopté au printemps 2014, le régime de résolution européen prévoit de mettre à contribution les actionnaires, les créanciers, y compris seniors, et les plus gros déposants d’une banque pour sa résolution plutôt que de faire payer les contribuables. Les Etats européens ont jusqu’au mois de janvier 2016 pour s’assurer que le système de renflouement (bail-in) est fonctionnel mais le gouvernement autrichien a déjà fait adopter une loi permettant d'utiliser ce système depuis le 1er janvier 2015.

Soumis à une revue de qualité de ses actifs par des auditeurs externes depuis le début de l’année, Heta Asset Resolution a fait savoir ce week-end que les premiers résultats de l’analyse faisaient apparaître un besoin en capital estimé «entre 4 et 7,6 milliards d’euros». Aussitôt informé, l’Etat autrichien, seul actionnaire de la bad bank, a fait savoir qu’il ne souhaitait pas injecter plus d’argent alors que le sauvetage de Hypo Alpe Adria a déjà coûté quelque 5,5 milliards d’euros aux contribuables.

L’autorité des marchés financiers autrichienne, qui dans le cadre de la loi nationale est reconnue comme autorité de résolution, a annoncé dans la foulée un moratoire sur la dette de Heta Asset Resolution jusqu’à la fin du mois de mai 2016. Sont notamment concernés par le moratoire quelque 9,8 milliards d’euros d’obligations, des titres convertibles et des prêts Schuldschein, quelque 1,24 milliard d’euros dus à une banque hypothécaire (Pfandbriefbank) et des prêts accordés par Bayerische Landesbank. Le moratoire doit permettre à l’autorité de résolution de terminer la revue de la qualité des actifs et de mettre en œuvre la résolution.

«L’application de la loi de bail-in sur Hypo Alpe Adria constitue une mauvaise nouvelle pour les obligataires», réagissaient hier les analystes de Tullet Prebon. Le prix des obligations d’Heta Asset Management s’est effondré et les spreads d'émetteurs financiers autrichiens se sont écartés. «Une estimation sommaire laisse attendre un taux de recouvrement de 70% dans le meilleur des cas, mais il devrait se situer plus probablement entre 30% et 50% si vous prenez tout en compte», selon Eva Olsson, une analyste chez Mitsubishi UFJ Securities International, citée par Bloomberg.

«Heta n’est pas insolvable», a précisé le ministère des finances autrichien par voie de communiqué. La mise en faillite de la bad bank aurait pu obliger le land de Carinthie à honorer sa garantie et aussi empêcher la vente d’une partie saine de Hypo Alpe Adria décidée l’année dernière mais toujours en attente de mise en œuvre. Le ministère des finances a également souligné qu’il remplirait «pleinement ses obligations» vis-à-vis du milliard d’euros de dette subordonnée qu’il garantit.

A lire aussi