Les marchés actions chinois démocratisent les ventes à découvert

le 02/03/2015 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

Le «short-selling» est autorisé depuis aujourd'hui, dans des volumes limités, sur les actions éligibles à la connexion Hong-Kong Shanghai.

Dans leur volonté d’ouverture de leurs marchés actions aux investisseurs internationaux, les autorités chinoises franchissent aujourd’hui un nouveau pas. Les actions éligibles au programme Stock Connect qui lie les Bourses de Shanghai et Hong-Kong pourront faire l’objet à compter de ce jour de ventes à découvert. De fait, pour la première fois, des investisseurs non-résidents seront donc autorisés à vendre à découvert des actions chinoises, à travers le canal de connexion des deux plates-formes.

Comme souvent avec Pékin, l’ouverture est prudente. Les ventes à découvert seront limitées à 1% du nombre d’actions d’une valeur sur une journée donnée, et à 5% du capital sur une période de dix jours, a annoncé le Hong-Kong Stock Exchange. Un carcan qui fait dire à certains spécialistes du marché que le short-selling aura un effet très limité sur les valorisations ou en tant qu’indicateur.

Lancé en novembre dernier, le «Shanghai / Hong-Kong Stock Connect» introduit un pont entre les deux marchés. Il permet aux investisseurs non-résidents de passer par la Bourse de Hong-Kong pour traiter les actions de classe A cotées à Shanghai, et bientôt à la Bourse de Shenzhen lorsque celle-ci aura rejoint le dispositif. Son caractère révolutionnaire tient au fait qu’il substitue un quota par marché au système de quota attribué à chaque intervenant qui était en vigueur jusqu’à présent. De Hong-Kong vers Shanghai, le quota d’intervention quotidien est fixé à 13 milliards de renminbis (1,85 milliard d’euros). Dans l’autre sens, la limite journalière est de 10,5 milliards. Les quotas agrégés, eux, atteignent respectivement 300 milliards et 250 milliards.

Le raz-de-marée attendu n’a toutefois pas eu lieu. Après un démarrage en trombe le premier jour de connexion, les volumes ont vite baissé. Deux mois plus tard, le quota agrégé n’était utilisé qu’à hauteur de 30% en direction de Shanghai, et de 9% seulement pour les investisseurs domestiques dirigeants leurs flux vers Hong-Kong. «Le dispositif a joué un rôle clé dans la performance remarquable de la Bourse de Shanghai l’an dernier», estimaient toutefois les analystes de SG CIB dans une note publiée le mois dernier, en soulignant que les non-résidents ont plébiscité les grandes capitalisations, «plus liquides et plus sensibles aux réformes structurelles».

A lire aussi