Les restructurations bancaires font perdre à l'Autriche son AAA chez Fitch

le 17/02/2015 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

Déjà dégradé par S&P, le pays est encore noté AAA par Moody's, alors que sa dette a augmenté beaucoup plus que prévu à quelque 90% du PIB.

L’Autriche est sortie du club restreint des pays européens notés AAA par au moins deux des trois grandes agences de notation internationales. La semaine dernière, Fitch a abaissé la note du pays à AA+, avec une perspective stable.

«La dette de l’Etat autrichien va atteindre un pic, plus haut que prévu et restera à un niveau élevé pour plus de temps que prévu», justifie l’agence. La dette du pays devrait atteindre 89% du PIB en 2015 selon l’agence alors que celle-ci estimait encore il y a un an et demi que la dette publique devrait plafonner à 75% du PIB en 2013 et 2014 et descendre autour de 70% du PIB en 2017. Fitch estime qu’un pays peut être noté AAA à la condition que sa dette soit au maximum de 90% du PIB et qu’elle soit clairement sur une pente descendante. La dette autrichienne, qui est notée AA+ par S&P depuis 2012, reste notée AAA par Moody’s.

Fitch souligne que les récentes révisions à la hausse de la dette reflètent l’impact des restructurations bancaires sur les finances publiques. Aux yeux de l’agence, «depuis la crise de 2008-2009, les progrès accomplis pour restructurer les banques de taille moyenne qui ont fait face à de sérieuses difficultés financières ont été lents». L’année dernière a notamment été marquée par la résolution d’Hypo Alpe Adria. Fitch souligne également que la dynamique d’évolution de la dette est moins bonne que prévu en raison de changements comptables, de l’augmentation des déficits et d’une croissance nominale plus faible que prévu.

Le pays, dont l’activité économique a quasiment stagné l’année dernière, devrait connaître une croissance de 0,8% cette année et 1,5% en 2016, selon les prévisions de la Commission européenne publiées au début du mois. Le déficit budgétaire devrait quant à lui atteindre 2% du PIB en 2015 et 1,4% en 2016. Si, le chômage doit rester autour de 5%, «la tiédeur persistante de l’investissement pourrait commencer à nuire à la capacité de l’économie à bénéficier d’une reprise du commerce international», écrit la Commission.

Au sein de la zone euro, seuls l’Allemagne et le Luxembourg peuvent encore se targuer d’être notés AAA par les trois grandes agences internationales. La Finlande et les Pays-Bas restent notés AAA par deux agences sur trois. Les marchés ont peu réagi à la dégradation de l’Autriche par Fitch. Le rendement des titres autrichiens à 10 ans était de 0,43% lundi soir.

A lire aussi