Pékin cherche à faire rentrer son marché actions dans le rang

le 02/02/2015 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

Le coup de frein à l’explosion de l’effet de levier sur le marché a fait baisser l'indice de Shanghai de 4,2% la semaine dernière.

La flambée des actions chinoises a été de courte durée. L’extension de l’enquête des régulateurs concernant des violations de règles sur les opérations de trading sur marges sur les actions de classe «A» à 46 sociétés de courtage a entraîné une nouvelle chute de l’indice composite de Shanghai vendredi de 1,6%. Après une hausse de 58% au second semestre 2014, l’indice cale depuis le début de l’année et affiche un recul de 0,8% après avoir enregistré la semaine dernière quatre séances consécutives de baisse. 

L’indice de Shenzhen résiste mieux, avec une hausse de 6,8% cette année, après 29% en 2014.

La tendance globale reste baissière. L’indice ETF Deutsche Bank sur les actions de classe A de l’indice «CSI 300» est en recul de 6% depuis son plus haut du 7 janvier. Les marges de compensation sur la semaine du 19 au 23 janvier montraient déjà une hausse des sorties nettes de capitaux dans le marché actions à 347 milliards de yuans, faisant fondre les entrées depuis le début de l’année à 207 milliards, sur fond de prise de profit. Les premiers résultats de l’enquête avaient conduit à une chute record depuis 2008 de l’indice de Shanghai de 7,7% sur la séance du 19 janvier, pénalisée par celle de 20% des courtiers.

Pékin cherche à mettre un coup de frein à l’explosion de l’effet de levier sur le marché depuis le rapprochement des Bourses de Shanghai et Hong-Kong. La valeur des prêts utilisés par les particuliers pour investir en actions a atteint un montant record de 780 milliards de yuans, contre moins de 300 milliards mi-2014. En outre, les activités de ventes à découvert sur les actions «A» devraient être autorisées dès le mois prochain dans le cadre du «Stock Connect», avec une phase de test prévue à partir de fin janvier. Une limite de 1% par jour et de 5% sur dix séances consécutives sera néanmoins imposée, et les ventes à nu interdites.

L’intérêt des investisseurs, notamment étrangers, pour les autres classes d'actifs chinoises pourrait également être satisfait avec l'extension prochaine au marché des ABS des opérations de refinancement (repo) sur le marché interbancaire à Shanghai. Pour l’heure, seules les obligations du Trésor, bancaires et corporates sont éligibles comme collatéral aux opérations de «repo» en Chine. La valeur totale des émissions d’ABS se montait à 300 milliards l’an dernier, dix fois plus que la moyenne des dix dernières années.

A lire aussi