Le marché de la titrisation dépendra de l'action de la BCE en 2015

le 14/01/2015 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

Les analystes comptent sur les achats réalisés par la banque centrale européenne pour compresser les spreads et encourager les émissions.

Les spécialistes de la titrisation espèrent que la Banque centrale européenne (BCE) va soutenir l’activité du marché européen en 2015 grâce à son programme d’achats.  

En 2014, 201 milliards d'euros ont été émis, selon Natixis. Ce montant est pour la première fois en hausse depuis 2008 mais il reste très éloigné des volumes enregistrés avant la crise.

Pour relancer le marché, perçu comme utile au financement de l’économie, la BCE a annoncé en septembre dernier, le lancement d’un programme d’achats de titrisations européennes (ABSPP).

«Le marché des ABS en 2015 dépendra de l’ampleur et de la vitesse d’exécution du programme d’achat de la BCE», affirme Henri de Mont-Serrat de la recherche de Natixis. L’ABSPP n’a officiellement débuté qu'à la mi-novembre 2014 et n’a été l’occasion d’acheter que 1,8 milliard d’euros de titres à ce jour. Natixis s’attend cependant à ce que le programme monte en puissance et que la BCE achète respectivement 65 et 50 milliards d’euros sur les marchés primaire et secondaire au cours des deux prochaines années.

Les analystes s’attendent à ce que ces achats renforcent le mouvement de resserrement des spreads. Les tranches plus risquées ne devraient pas être en reste alors que des investisseurs seront plus que jamais à la recherche de rendement. Selon Natixis, le resserrement des spreads pourrait notamment encourager l’émission d’opérations déconsolidantes, du type de celle réalisée par le Crédit Foncier sur ses prêts immobiliers en 2014.

Selon les analystes de Barclays, «l’activité sur le marché primaire en 2015 dépendra énormément de la BCE». Ils estiment qu’elle pourrait acheter entre 50 et 70 milliards d’euros d’ABS cette année, dont 35 à 45 milliards d’euros sur le marché primaire. Dans ce contexte, les émissions d’ABS placées auprès des investisseurs atteindraient 110 à 120 milliards d’euros. «Les classes d’actifs qui devraient bénéficier le plus de l’ABSPP sont les RMBS, notamment ceux de la périphérie, et les ABS de PME», précisent les analystes.

Aux yeux de Laurent Mitaty, responsable mondial de la titrisation chez SG CIB, les CLO devraient aussi tirer leur épingle du jeu en 2015 «C’est un marché qui a de l’intérêt car il offre encore du spread sur le AAA», explique-t-il. «Nous devrions voir de nouveaux entrants, avec des gestionnaires de fonds moins établis en CLO».  Les émissions de CLO ont atteint quelque 15 milliards d’euros en 2014, selon Natixis (+50% sur un an).

Titrisations
ZOOM
Titrisations

A lire aussi