«Les fondamentaux en zone euro dessinent un début de reprise bénéficiaire en 2015»

le 12/01/2015 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

Raphaël Gallardo, stratégiste allocataire chez Natixis Asset Management

- L’Agefi: Pourquoi surpondérez-vous votre poche obligataire ?

- Raphaël Gallardo: Nous avons surpondéré les obligations européennes en fin d’année en raison de nos anticipations d’une extension significative du programme d’achat d’actifs de la BCE. Il est devenu clair avec la baisse des prix du pétrole, que le risque de «désancrage» des anticipations d’inflation à long terme se précisait. Après la faible demande lors des TLTRO, il était inévitable que la BCE étende son programme d’achat aux obligations d’Etat. Vu l’objectif monétaire d’un tel programme, il ne devrait pas poser de problème de légalité, au contraire de l'OMT (objectif budgétaire déguisé). Les aléas du calendrier politique grec peuvent en retarder le début, ce qui serait interprété par les marchés comme aggravant le risque de déflation, et aurait l’effet identique de tirer les taux vers le bas.

- L’évolution récente des Bourses n'incite-t-elle pas à s'alléger en actions ?

- Notre position en actions est structurée pour limiter les risques. Une partie est sur les actions américaines, qui bénéficient d’une dynamique conjoncturelle très favorable outre-Atlantique, et de l’appréciation du dollar contre euro. En outre, notre exposition en zone euro est constituée de petites capitalisations, peu vulnérables à la baisse des cours du pétrole. Enfin, les fondamentaux s’améliorent en zone euro : la baisse des taux, du pétrole et de l’euro convergent pour dessiner un début de reprise économique et bénéficiaire courant 2015. La Grèce reste une source de volatilité, mais nous tablons sur une évolution maîtrisée de la situation, pilotée par un dialogue constructif entre le nouveau gouvernement et les institutions européennes.

Panel Allocation
ZOOM
Panel Allocation

A lire aussi