Le marché high yield européen atteint l'âge de raison

le 29/12/2014 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

Le compartiment, désormais bien diversifié, a connu une année charnière en 2014

Comment le marché du high yield européen se comportera-t-il en 2015 ? Crédit Fotolia.

Comment se comportera le marché du «high yield» européen en 2015? La question vaut son pesant d’or alors que ce compartiment du crédit, dont la taille a doublé en 3 ans pour atteindre 300 milliards d’euros, a connu une année charnière en 2014. Euphorique au premier semestre en raison de l’abondance de liquidité qui s’y est déversée, le marché a connu un coup de froid juste avant l’été et vu ses spreads repartir à la hausse. Le secteur du haut rendement reste en outre sous la menace d’une augmentation des taux de défaut.

Au cours du premier semestre 2014, les prix ont grimpé de 3% sur le marché secondaire avec un rendement total (total return, coupon inclus) sur la classe d’actifs approchant les 6%. Dans le même temps, le marché primaire s’est montré extrêmement actif, avec un record de plus de 41 milliards d’euros d’émissions libellées en monnaie unique. Une performance exceptionnelle qui s’est retournée à partir du 20 juin notamment suite à l’épisode de défaut du distributeur de téléphonie britannique Phone4U, «des voix de plus en plus nombreuses s’élevant pour parier sur un retournement durable de ce marché», explique Natixis.

Sur la deuxième partie de l’année, les prix ont ainsi cédé l’essentiel des gains observés au cours du premier semestre, et le rythme des émissions HY a ralenti à moins de 9 milliards d’euros levés sur le marché primaire depuis fin juillet et jusqu’à fin novembre, contre 16 milliards sur la même période un an plus tôt. Si le marché primaire HY euro a néanmoins battu un nouveau record, avec 76 milliards d’émissions estimées sur 2014 par SG CIB, la crise observée au deuxième semestre a laissé des traces qui devraient peser sur les perspectives 2015.

«Le plus inquiétant est la chute des prix spectaculaire de la partie la plus leveragée de l’indice observée au second semestre, notamment la catégorie "CCC", voire une partie de l’univers "B", dans un marché pourtant haussier en total return. Seule la catégorie BB a tiré son épingle du jeu en termes d’évolution des prix, avec un gain de 1,8% sur le marché secondaire», estime ainsi Natixis. La différence entre le spread moyen euro HY par rapport au taux de référence (440 pb) et celui du compartiment «investment grade» (110 pb) a chuté à 330 pb depuis le début de l’année, son plus faible niveau depuis 2008, selon Dealogic.

SG CIB s’attend à un rendement total du HY en légère hausse à 6,5% sur 2015, les taux de défaut étant proches de leur plus bas historique autour de 2,5%, et les agences de notation n’anticipant actuellement pas de forte remontée sur 2015. Pourtant, «de tels niveaux de taux peuvent paraître surprenants, notamment au regard des perspectives de croissance économique», estime Natixis qui constate une forte corrélation entre ces deux éléments. Selon la banque, le taux de défaut pourrait grimper entre 3,2% et 5,5% au cours de l'année prochaine.

Sur le marché primaire, un flux nourri d’émission est encore attendu en 2015. Selon SG CIB, les volumes levés pourraient atteindre 80 milliards d’euros cette année. Le gros des emprunts devrait provenir des signatures de la catégorie BB, soit de la part de groupes déjà notés dans cette catégorie, soit en provenance des «fallen angels» déchus de la catégorie investment grade.

A lire aussi