L'AFME oriente les ambitions de l’Union des marchés de capitaux européens

le 04/12/2014 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

L'Association des grandes banques propose un plan à 5 ans pour augmenter le recours aux émissions d'actions et de dette.

L’Association des marchés financiers en Europe (AFME) ajoute sa pierre à l'édifice de l'Union des marchés de capitaux (UMC). L'initiative a été lancée par la nouvelle Commission européenne afin de développer le financement non bancaire de l'économie du Vieux Continent pour pallier des crédits bancaires qui peinent à redémarrer.

Dans un rapport publié hier, l’Association créée en 2009 pour défendre les intérêts des participants aux marchés européens des capitaux et présidée par Gaël de Boissard, co-directeur de la banque d’investissement de Credit Suisse, estime ainsi que «l’UMC doit se concentrer ses efforts sur la croissance des marchés, la réduction des coûts et l’offre de nouvelles options de financement pour les entreprises au sein de l’Europe».

L’AFME propose ainsi de se fixer comme objectifs à 5 ans une augmentation de la part globale du recours au financement par les marché de la dette de 25% actuellement à «au moins 35%». Et ceci sans pour autant «réduire la capacité des banques européennes à accorder des crédits à l’économie réelle». Dans ce cadre, elle appelle de ses vœux une augmentation de la capitalisation boursière totale en Europe d’environ 75% actuellement à 100% du PIB, mais également un doublement des volumes d’émissions de titrisation et de placements privés, ainsi qu’un accroissement de la part du recours par les PME aux marchés de financement, que ce soit par le marché actions ou de la dette.

Des propositions qui passent par le développement de marchés plus efficaces et plus liquides pour les émissions de dette et d’actions, avec une refonte du régime fiscal pour les actions des PME, par l’orientation de l’épargne de long terme vers les investissements et par la mise en place d’infrastructures favorisant des marchés de capitaux ouverts et intégrés. «Nous encourageons la Commission à adopter un programme cible avec un nombre limité de nouvelles initiatives, chacune destinée à dégager le maximum de résultats économiques», ajoute l’AFME.

Début novembre, le commissaire européen à la Stabilité financière, aux Services financiers et à l’Union des marchés de capitaux Jonathan Hill avait indiqué qu’il ferait prochainement des propositions pour mettre sur pied l’UMC. L'objectif est de «débloquer le capital à travers l'Europe (...) et de le mettre au service des entreprises européennes, notamment les PME».

A lire aussi