La Chine fait un pas décisif vers la libéralisation de ses taux d'intérêt

le 02/12/2014 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

Les autorités devraient introduire un système de garantie des dépôts des entreprises et des ménages limité à 500.000 yuans (65.000 euros).

La libéralisation des taux d’intérêt chinois est en marche. La PBOC a publié un projet d’introduction d’un programme d’assurance des dépôts bancaires des ménages et des entreprises, à hauteur de 500.000 yuans (65.000 euros). Ce sont ainsi 99,3% des comptes bancaires en Chine qui seront couverts contre une éventuelle faillite de l’ensemble des établissements financiers du pays, à parité avec les autorités étrangères. L

es dépôts supérieurs au seuil seront néanmoins exposés au risque de faillite, et les dépôts interbancaires exclus du programme, qui devrait être complété par la mise en place d’une loi sur les faillites bancaires. Une période de consultation des banques sur ce mécanisme de résolution bancaire est ouverte jusqu’à la fin de l’année et devrait se concrétiser par une mise en œuvre dès janvier.

«Si les dépôts protégés représentent 12 fois le PIB chinois par habitant, leur poids dans les dépôts totaux était inférieur à 50% en 2007, une des plus faibles proportions au monde», précise SG CIB. Le projet, qui ne définit pas de taux, indique néanmoins que la prime par établissement variera en fonction de la force de son bilan, les plus petits se trouvant ainsi pénalisés.

«Afin de ne pas entamer leurs profits, les primes devraient être faibles dans un premier temps avec un taux moyen international à 0,05%. A ce niveau, si la Chine souhaite détenir un fonds capable de couvrir la faillite des banques commerciales urbaines (0,5% des dépôts totaux), cela lui prendra plus de dix ans», estime SG CIB. Pékin pourrait ainsi accélérer le processus en injectant un capital d’amorçage dans le fonds.

«Dans un système financier où les investissements du shadow banking sont souvent protégés, il s’agit de la mesure le plus fondamentale et pourtant la plus risquée jamais entreprise», estime SG CIB. La baisse de ses taux directeurs opérée par la PBOC le 21 novembre a été accompagnée d’un assouplissement du plafond sur les taux de dépôt. Avec un taux de référence à un an à 2,75%, les banques offrent à présent une rémunération des dépôts de 3% à 3,30%, contre un rendement moyen de 5,2% offert par les produits de gestion de fortune (WMP). Dans ce contexte, «le processus de libéralisation devrait mettre les petits établissements sous pression pour augmenter les taux afin d'attirer l’épargne, alors que les plus gros devraient toujours être considérés comme too big to fail», estime SG CIB.

A lire aussi