La BCE devrait attendre avant d'agir

le 01/12/2014 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

L'annonce d'un programme d'achats de titres d'Etat pourrait intervenir dès le début de 2015, selon le Panel Taux.

La faiblesse de l’inflation poussera-t-elle le président de la BCE, Mario Draghi, à de nouvelles mesures d’assouplissement monétaire ? © European Union EP

Le Panel Taux de L'Agefi ne s’attend pas à ce que la Banque centrale européenne (BCE) modifie ses taux directeurs lors de la réunion du conseil des gouverneurs de ce jeudi. En revanche, des économistes estiment que le président de la BCE, Mario Draghi, se montrera davantage enclin à des nouvelles mesures d’assouplissement monétaire en raison de la faiblesse de l’inflation. Plusieurs économistes espèrent aussi le lancement d’un programme d’assouplissement quantitatif (QE) au début de 2015.

La BCE devrait aussi abaisser ses prévisions de croissance et d’inflation cette semaine. «Nous nous attendons à ce que Mario Draghi fasse savoir qu’une nouvelle dose d’assouplissement monétaire est dans les tuyaux», écrit l’économiste d’UniCredit, Martina von Terzi.

Le vice-président de la BCE, Vítor Constâncio, a déclaré la semaine dernière que la BCE jugerait au premier trimestre prochain si le rythme d’expansion de son bilan est aussi rapide que souhaité pour atteindre l’objectif d’augmentation de 1.000 milliards d’euros officialisé le mois dernier. Si ce n’était pas le cas, la BCE «devra envisager d’acheter d’autres actifs, y compris des titres d’Etat sur le marché secondaire».

Le rythme d’expansion du bilan sera déterminé par le succès de la seconde opération de refinancement à long terme ciblée sur l’économie réelle (TLTRO) le 11 décembre prochain (la BCE avait prêté 82,6 milliards d’euros lors de la première). Mais aussi par le montant des transactions réalisées dans le cadre des programmes d’achats d’obligations sécurisées et de titrisations qui ont été lancés respectivement aux mois d’octobre et novembre derniers.

Les économistes de BNP Paribas CIB s’attendent à ce que la BCE annonce un QE souverain dès cette semaine. Elle n’en détaillerait les modalités qu’au début de l’année prochaine. Ils justifient leur prévision par la faiblesse de l’inflation. Le taux annuel d’inflation dans la zone euro est passé à 0,3% en novembre contre 0,4% en octobre, tiré par prix de l’énergie et notamment du pétrole. L’inflation sous-jacente est restée à 0,7%. Cependant, l’enquête réalisée auprès des prévisionnistes professionnels publiée en novembre témoigne d’une nouvelle baisse des anticipations à 5 ans.

Un élément de plus qui fait parier la recherche de Citi sur le fait que la BCE annoncera un QE souverain dès janvier prochain. L’économiste de la banque, Guillaume Menuet, estime que pour faire augmenter son bilan de 1.000 milliards d’euros d’ici à la fin de 2016, la BCE devrait acheter quelque 600 milliards d’euros d’actifs en plus de 250 milliards d’euros de covered bonds et de 150 milliards d’euros d’ABS. Alors que l’univers des obligations d’entreprises éligibles à des achats de la BCE pourrait être 365 milliards d’euros, l’économiste estime que l’institution n’aura pas d’autre choix que de se reporter sur des titres souverains.

«Nous estimons toujours que l’expansion du bilan de 1.000 milliards d’euros peut être atteinte sans QE souverain, en ciblant par exemple les obligations d’entreprises ou la dette supranationale ou d’agences nationales», estime au contraire Frederik Ducrozet, économiste chez Crédit Agricole CIB. Il estime par ailleurs que la BCE pourrait assouplir cette semaine les conditions attachées aux opérations de refinancement ciblées sur l’économie réelle.

Panel mensuel Taux
ZOOM
Panel mensuel Taux
Panel Mensuel Change
ZOOM
Panel Mensuel Change

A lire aussi