Les Français réallouent leur épargne bancaire

le 25/11/2014 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

2014 marque le retour de fortune du PEL au détriment des Livrets A et LDD.

Le Livret A décollecte, l’assurance vie se maintient, le PEL enregistre des records de collecte. Illustration L’Agefi.

L’année 2014 marque une rupture dans les habitudes d’épargne des Français. Si l’assurance vie maintient son attrait, la politique de taux zéro en zone euro crée un basculement dans la famille des produits bancaires. Le plan d’épargne logement (PEL), servi par un taux de rémunération brut de 2,50% exonéré d’impôt et devenu très attractif, enregistre des records de collecte, bien que sa durée de placement initiale soit de 4 ans. A l’inverse, le Livret A a de grandes chances de finir l’année en décollecte, une première depuis 2005.

A fin septembre, le PEL avait déjà drainé sur les neuf premiers mois de l’année 9,7 milliards d’euros, selon les statistiques de la Banque de France, contre 3,8 milliards à la même période de l’an dernier. La collecte de l’ensemble de l’année 2013, soit 9,46 milliards en comptant les intérêts versés, est déjà dépassée.

Les encours atteignent désormais 207 milliards d’euros et ont retrouvé leur niveau de 2006, au moment où le produit avait entamé son déclin. A l’époque, l’épargne immobilière au bilan des banques n’était plus à la mode, et les réseaux cherchaient à transférer les vieux PEL vers d’autres produits. La crise étant passée par là, avec ses besoins de liquidités longues pour les banques, le plan d’épargne logement a connu une cure de jouvence début 2011. Son taux de rémunération, calculé sur les swaps à 5 et 10 ans, a été assorti d’un plancher de 2,50% inscrit dans la loi. Un seuil qui fonctionne aujourd’hui à plein. Il garantit un rendement net de 2,11% après prélèvements sociaux, même sans prime d’Etat.

Seule l’assurance vie, sur un horizon plus long (8 ans) peut offrir des conditions comparables, et encore: le gouverneur de la Banque de France, Christian Noyer, a appelé les assureurs à baisser les taux de rémunérations des contrats en euros. Comme l’ont montré les résultats des banques ces derniers trimestres, les grands réseaux ont poussé le plan d’épargne logement auprès de leur clientèle, quitte à embarquer à leur bilan une ressource aujourd’hui bien chère.

Même s’il est difficile de le comparer directement au PEL en raison d’un horizon de placement différent, le Livret A connaît au contraire un revers de fortune. Les collectes à deux chiffres en milliards d’euros qui avaient suivi la généralisation du produit à tous les réseaux bancaires début 2009, en pleine crise financière, appartiennent au passé. Avec un taux ramené à 1% net le 1er août, le produit a enregistré 5,3 milliards de retraits sur septembre et octobre. Le LDD et le Compte épargne logement, desservis par la faiblesse des taux, connaissent le même sort.

Le Livret A risque de finir l’année en décollecte, une première depuis 2005. Illustration L’Agefi.
ZOOM
Le Livret A risque de finir l’année en décollecte, une première depuis 2005. Illustration L’Agefi.
Le Livret A décollecte, l’assurance vie se maintient, le PEL enregistre des records de collecte. Illustration L’Agefi.
ZOOM
Le Livret A décollecte, l’assurance vie se maintient, le PEL enregistre des records de collecte. Illustration L’Agefi.

A lire aussi