L'inquiétude grandit au sein de la BoE sur les perspectives d'inflation

le 20/11/2014 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

Les minutes de la dernière réunion montrent un accroissement des divergences au sein de ses membres sur l'évolution des prix à moyen terme.

Les divergences s’accentuent au sein du Comité de politique monétaire de la BoE sur les perspectives d’inflation. Si l’équilibre des forces lors de sa dernière réunion des 5 et 6 novembre derniers est resté inchangé à 7 votes en faveur du statu quo et deux prônant une hausse des taux directeurs, les minutes publiées hier ont révélé des inquiétudes qu’une «période prolongée durant laquelle l’inflation soit inférieure à sa cible rende possible que les anticipations d’inflation à moyen terme commencent à s’orienter à la baisse. Une situation qui prolongerait la période au cours de laquelle l’inflation elle-même reste sous les 2%».

Si l’inflation britannique a légèrement rebondi à 1,3% au mois d'octobre, la BoE n’exclut toujours pas un reflux d’ici à la fin de l’année sous le seuil de 1% qui la contraindrait à se fendre d’une lettre au Chancelier de l’Echiquier pour justifier de sa stratégie. D’autant que l’inflation sous-jacente est restée stable à 1,5%, alors que le consensus tablait sur une hausse à 1,6%. Alors que les deux membres ayant voté en faveur d’une hausse des taux jugent la baisse de l’inflation liée à des facteurs temporaires, les minutes ont révélé «un vaste écart de vue» sur les perspectives de croissance et d’inflation parmi les sept autres banquiers centraux.

«Certains membres pourraient caresser l’idée de laisser les taux directeurs inchangés pour une durée plus longue que celle induite par les projections de la BoE, ce qui accroît le risque de voir les marchés ne plus anticiper qu’une seule hausse de 25 pb sur 2015», estime BNP Paribas en tablant sur un premier resserrement au cours du deuxième trimestre 2015. Depuis début juillet, le taux implicite dérivé des contrats short sterling d’échéance décembre 2015 s’est contracté de 87 pb pour ne plus prévoir que 50 pb de resserrement des taux l’an prochain.

Pourtant, depuis son plus bas depuis janvier 2013 de 3,30% atteint mi-octobre, le taux de swap inflation 5 ans anticipé dans 5 ans s’est repris de 14 pb et reste, à 3,44% hier, conforme à sa moyenne de long terme. «Avec l’affaiblissement des capacités inutilisées dans l’économie, la croissance des salaires qui montre des signes d’accélération et le taux de change qui a diminué en termes réels depuis l’été, l’inflation sous-jacente devrait rester à ses niveaux actuels d’ici à début 2015 avant de remonter progressivement à partir de mi-2015», estime BNP Paribas.

A lire aussi