Euronext veut prendre 18 mois d’avance sur son plan d’économies

le 07/11/2014 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

Le groupe désormais séparé d’ICE et du Nyse dit avoir déjà réalisé 30 millions d’euros d’économies sur les 60 millions promis.

Euronext compte avoir réalisé son plan d’économies dès la fin du premier semestre prochain, soit 18 mois plus tôt qu'anticipé. Le groupe a annoncé hier, à l’occasion de ses résultats trimestriels, qu’il avait déjà réalisé la moitié des 60 millions d’euros d’économies prévues au moment de sa mise en Bourse en juin. Ces annonces ont été saluées par le marché. Le cours de l’opérateur boursier, qui est resté très souvent sous son niveau d’introduction de 20 euros ces derniers mois, s’appréciait de 3,15 % hier à 21,30 euros.

Les économies sont notamment dues à la séparation d’Euronext et du Nyse qui a été conservé par ICE. Dans les prochains mois, le groupe compte aussi déménager son siège parisien aujourd’hui situé dans le quartier de l’Opéra vers La Défense. Les charges opérationnelles trimestrielles ont diminué d’un peu plus de 8% sur un an (en tenant compte du contrat de compensation signé avec LCH.Clearnet). La marge d’Ebitda du groupe est de 45,4% depuis le début de l’année, conforme à la cible annoncée. L’opérateur boursier dit réfléchir à de nouvelles réductions de coûts et compte publier, «en temps voulu» un objectif révisé de marge d’Ebitda.

Euronext, qui compte sur sa nouvelle indépendance pour consolider sa base d’activités déjà diversifiée, affiche aussi un chiffre d’affaires trimestriel en hausse de quelque 10% à 112 millions d’euros. «Globalement le chiffre d’affaires de chaque activité ressort supérieur aux attentes», souligne l’analyse de CM-CIC Securities. L’activité de cotation était en hausse de 18% sur un an, notamment grâce à la mise en bourse de 6 PME et ETI. L’activité de négociation au comptant a progressé de près de 16%, entre autres grâce à un nouveau système de commissions et au dynamisme des fonds indiciels (ETF).

Le chiffre d’affaires des marchés dérivés a augmenté mais beaucoup plus légèrement, de 3%. Euronext veut fait de cette activité «sa première priorité» et compte lancer une palette de nouveaux produits. Attaqué sur le marché néerlandais des dérivés actions par la plate-forme alternative TOM, le groupe a récemment revu ses tarifs et signé un partenariat avec le courtier en ligne Degiro. Si le chiffre d’affaires des activités de vente de données de marché et indices a augmenté de près de 15% au troisième trimestre, celui des «solutions de marché» a quasiment reculé d’autant. Euronext dit «recentrer» sa stratégie en la matière.

A lire aussi