La BCE achètera des ABS dès novembre

le 31/10/2014 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

La banque centrale a mandaté quatre gestionnaires d'actifs qui réaliseront les achats de titrisations.

La Banque centrale européenne (BCE) commencera à acheter des titrisations à partir du mois de novembre. L’institution l’a fait savoir hier en dévoilant le nom des gestionnaires d’actifs qui mettront en œuvre le programme d’achats d’ABS (ABSPP) annoncé en septembre dernier. Amundi, ING Investment Management, State Street Global Advisors et Deutsche Asset & Wealth Management International, qui appartient à Deutsche Bank, ont remporté l’appel d’offres.

Dans un contexte de stagnation économique et de très faible inflation, la BCE compte sur son programme d’achats de titrisations pour encourager les banques à prêter à l’économie. Avec le programme d’achats d’obligations sécurisées (CBPP3) qui a débuté ce mois-ci, les achats d’ABS doivent aussi permettre à la banque centrale de maintenir des conditions monétaires très accommodantes en augmentant la taille de son bilan pour qu’il se rapproche des niveaux enregistrés au début de l'année 2012.

Alors que Blackrock Solutions avait été choisi en août pour conseiller sur les grandes lignes de ce qui restait alors un possible programme d’achats d’ABS, les gestionnaires d’actifs seront chargés d’exécuter les transactions. Il reviendra à l’Eurosystème de réaliser les contrôles de prix et les «due diligences» avant d’approuver les achats. Le recours à des gestionnaires d’actifs a été critiqué par le gouverneur de la Banque de France, Christian Noyer, qui estimait que les banques centrales nationales pouvaient mener à bien ces opérations, comme lors des précédents programmes d’achats.

Les achats d’ABS ne commenceront en novembre qu’après l’adoption par le Conseil des gouverneurs et la publication de l’acte légal de mise en œuvre du programme. En octobre, la BCE a précisé qu’elle était prête à acheter des tranches de titrisations aussi bien seniors que mezzanines sur le marché primaire et sur le marché secondaire. Ces parts devront être éligibles à son guichet, adossées à des prêts au secteur non financier et notées au moins BBB-. Des conditions particulières s’appliqueront aux émissions grecques et chypriotes. La BCE, qui ne pourra pas prendre plus de 70% d’une ligne de titres, doit encore préciser dans quelles conditions elle est prête à acheter des tranches mezzanines alors que celles-ci devront être garanties.

A lire aussi