Les investisseurs liquident la dette périphérique en zone euro

le 16/10/2014 L'AGEFI Quotidien / Edition de 14H

Photo : Fotolia

Le timide rebond des marchés à l'ouverture n'aura pas duré. La sévère correction enregistrée hier sur toutes les classes d'actifs à risque se poursuivait jeudi. Elle se traduit par un nouveau plongeon des Bourses et une forte tension des rendements des pays périphériques de la zone euro. Vers 13 heures, les principaux indices actions européens abandonnaient encore près de 2%. Les taux à 10 ans espagnols, italiens et portugais se tendaient respectivement de 24, 20 et 42 points de base. Depuis le début de la semaine, le 10 ans portugais est ainsi passé de 2,93% à 3,70%. Côté coeur de la zone euro, le Bund traite à 0,74% à 10 ans, alors que le rendement de l'OAT est reparti à la hausse (+9 pb à 1,23%), effaçant le repli d'hier.

Les tensions sont plus particulièrement fortes en Grèce, où la correction du marché avait commencé dès mi-septembre quand Athènes a évoqué une sortie du plan d'aide du FMI. Jeudi midi, le rendement grec à 10 ans s'écartait de 110 points de base à 8,72%. La Commission européenne travaillera avec la Grèce pour assurer «une évolution en douceur» du soutien à Athènes après le terme, fin 2014, du programme d'aide internationale dont elle bénéficie, a déclaré jeudi Simon O'Connor, porte-parole de l'exécutif européen. Quant à la BCE, elle serait intervenue jeudi matin pour faciliter le refinancement des banques grecques, a dit à Reuters un responsable de la Banque nationale de Grèce, après une réunion d'urgence mercredi soir. La Banque centrale européenne a réduit la décote qu'elle applique sur les obligations que les banques locales apportent comme garantie pour emprunter à ses guichets, ce qui leur permettra d'accéder à 12 milliards d'euros de liquidités supplémentaires.

A lire aussi