La Corée du Sud poursuit sa politique d'assouplissement monétaire

le 16/10/2014 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

La banque centrale sud-coréenne a une nouvelle fois baissé ses taux à 2% pour soutenir la croissance menacée par les risques de chocs externes.

La Corée du Sud met le cap sur la croissance. Après avoir créé la surprise en août en reprenant sa politique d’assouplissement monétaire mise en sommeil durant 14 mois consécutifs, la banque centrale (BoK) a une nouvelle fois baissé son taux directeur de 25 pb hier pour le ramener à un plus bas niveau historique de 2%. «Notre décision de baisser les taux est fondée sur trois raisons principales : le fait que l'écart de production négatif devrait être comblé sur une période plus longue que prévu, une pression des prix moins élevée que prévu et la lente amélioration du sentiment au sein des acteurs financiers», a expliqué le gouverneur de l’autorité, Lee Ju-yeol.

Dans le même temps, la BoK a révisé à la baisse ses projections de croissance et d’inflation. L’autorité anticipe ainsi désormais une croissance du PIB sud-coréen de 3,5% cette année et de 3,9% en 2015. Parallèlement, l’autorité prévoit un ralentissement de la hausse des prix à la consommation à un rythme annuel moyen de 1,4% (contre 1,9% anticipé précédemment) cette année avant de remonter légèrement moins que prévu à 2,4% l’an prochain. Un niveau qui reviendrait ainsi en 2015 à un niveau proche du bas de la fourchette cible de la BoK compris entre 2,5% et 3,5%.

«La BoK a abandonné son objectif officiel d’inflation (la faible inflation ne justifie pas à elle seule une baisse de taux) et a ajouté un volet de stabilité financière à ses objectifs de politique monétaire pour tenir compte de la dette des ménages et des conséquences potentielles de la remontée des taux aux Etats-Unis sur les sorties de capitaux dans le pays», précise SG CIB. Le won s’est déprécié de 6% sur le seul mois de septembre contre dollar face à la remontée des anticipations d’un durcissement précoce de la politique monétaire de la Fed, avant de se renforcer de 1% ces derniers jours avec la chute des taux américains.

La BoK semble ainsi s’être fixé comme priorité de soutenir la croissance et la porte n’a pas été fermée à une nouvelle baisse des taux dans les prochains mois en cas de turbulence extérieure qui remettrait en cause la reprise dans le pays. SG CIB table sur un statu quo dans les prochains mois. Le refermement de l’output gap pourrait conduire la BoK à amorcer un processus de durcissement monétaire à partir de début 2016.

A lire aussi