Le hedge fund Chenavari accélère dans le rachat et la production de prêts

le 13/10/2014 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

Le fonds de dette du Français Loïc Féry reprend un portefeuille de crédits non performants de Bankia et développe les financements en direct.

Apollo, Lone Star et les autres grands fonds américains ne sont pas les seuls à faire leurs emplettes en Europe du Sud. Chenavari Investment Managers a racheté la semaine dernière 320 millions d’euros de prêts immobiliers douteux et 419 actifs immobiliers à Bankia, a annoncé la banque espagnole. Le hedge fund londonien fondé par Loïc Féry, ex-Calyon, a déboursé 79 millions d’euros pour ce portefeuille d’une valeur nominale d’«environ 400 millions d’euros», selon un communiqué du fonds Chenavari Capital Solutions.

Ce véhicule coté à Londres a consacré 21,6 millions d’euros à l’opération, contre quelques millions pour les dernières qu’il a dévoilées. Le reste de l’enveloppe est apporté par d’autres fonds de la société de gestion. L’opération représente 13% des investissements de Chenavari Capital Solutions dans des portefeuilles cédés par des banques européennes engagées dans la réduction de leur bilan. Désormais chargé à 87%, un an tout juste après avoir levé 130 millions de livres (165 millions d’euros) en Bourse, le fonds affiche un rendement annuel de 4,21% à fin août, mais vise 12% par an. Chenavari est aussi en train de lever un nouveau fonds de dette, non coté, dédié au même type d’actifs.

«Nous ne sommes pas forcément les plus présents sur les transactions les plus importantes mais, en nombre d’opérations réalisées, Chenavari est certainement l’une des sociétés de gestion les plus actives, assure Loïc Féry. Nous rachetons des portefeuilles de prêts performants et non performants, et investissons dans des opérations de partage de risque sur des portefeuilles qui restent au bilan des banques.»

Chenavari revendique un milliard de dollars d’encours de ce type (secondaires), mais aussi un milliard de dollars de crédits primaires (corporates, immobiliers, spécialisés) octroyés suite au retrait des banques de certains marchés. Après le rachat de Buy Way Personal Finance (ex-Cetelem Belgique), «nous préparons l’acquisition d’une société de crédit à la consommation dans un autre pays voisin de la France, annonce Loïc Féry. Ces plates-formes de production et de recouvrement de prêts nous permettront aussi d’être plus performants dans la gestion de portefeuilles de même type rachetés aux banques», sans passer par des prestataires.

Le reste des 5,45 milliards de dollars d’encours de Chenavari, en hausse d'un milliard depuis fin 2013, se répartit entre gestion de crédit traditionnelle et fonds alternatifs (long short credit, ABS…).

A lire aussi