Les sociétés sous LBO jouent la prudence en matière de M&A

le 12/09/2014 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

Le «buy & build» a marqué le pas au premier semestre, selon Silverfleet, tant en nombre d’opérations que de volume moyen

Les sociétés européennes adossées à des fonds de capital-investissement ont fait preuve d’une grande prudence au premier semestre 2014 en termes d’opérations de croissance externe, selon le baromètre Silverfleet Capital, en partenariat avec Mergermarket.

L’étude recense 124 acquisitions sur la période, contre 148 au premier semestre 2013 et 141 au suivant. Silverfleet Capital reconnaît que même si certaines opérations «de moindre envergure» devaient être annoncées après la sortie du baromètre, le semestre a à coup sûr enregistré un recul de l’activité sous le coup d’un premier trimestre «très faible».

L’étude prend en compte les opérations initiées par des sociétés européennes détenues à hauteur d’au moins 30% par le private equity, la valeur de la transaction devant dépasser 5 millions d’euros ou le chiffre d’affaires annuel de la cible 10 millions.

Qui plus est, la valeur moyenne des opérations de croissance externe scrutées a elle aussi subi une baisse, à 60 millions d’euros (sur 19 opérations au montant dévoilé), contre 66 millions au premier semestre 2013 et surtout 91 millions au suivant. La répartition géographique des cibles a continué de faire la part belle aux pays nordiques, avec 29 transactions contre 23 pour le Royaume-Uni et l’Irlande et 16 pour la France. L’Europe concentre 84% de l’activité en nombre d’opérations, l’Amérique du Nord 10%.

Ces éléments d’activité «constituent une surprise, qu’il s’agisse du volume ou de la valeur des transactions», aux yeux du patron de Silverfleet, Neil MacDougall, «compte tenu de la stabilité de la situation économique en Europe et des conditions favorables de financement». Coresponsables de la société de capital investissement à Paris, Maïré Deslandes et Alexandre Lefebvre relèvent que sur la base des signaux macroéconomiques «la confiance n’est pas encore de mise». Une condition indispensable selon eux pour lancer des opérations de croissance externe par nature porteuses de risques.

Les fonds de private equity auraient également tiré parti, selon les deux dirigeants en France de Silverfleet, d’un environnement favorable de financement pour initier au sein de leurs participations des recapitalisations et des introductions en Bourse. Des opérations qui peuvent avoir selon Neil MacDougall «occupé le terrain, au détriment» d’une activité de croissance externe.

Fusions acquisitions
ZOOM
Fusions acquisitions

A lire aussi