Le programme d'achat de covered bonds de la BCE laisse les experts dubitatifs

le 12/09/2014 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

Le marché ne souffre pas d'un problème de demande. L'offre nette d'obligations sécurisées européennes devrait être négative en 2014 voire en 2015

Le marché des obligations sécurisées a bien accueilli l’annonce d’un nouveau programme de rachat (CBPP3) par la Banque centrale européenne (BCE) la semaine dernière, mais les experts sont assez perplexes sur sa portée.

Depuis l'annonce, sans plus de détails, d'achats d'obligations sécurisées dès octobre, les spreads se sont resserrés en moyenne de 5 à 10 points de base (pb) pour les titres du cœur de la zone euro et de 20 pb pour ceux de la périphérie, selon SG CIB. Les émetteurs en ont profité: 8,1 milliards d’euros de titres ont été placés depuis jeudi dernier. La Caffil a ainsi réalisé une émission de 1,25 milliard d’euros à 5 ans à 1 pb en dessous des mid-swaps et la demande des investisseurs a été quatre fois supérieure à l’offre.

«Ce nouveau programme ne nous semble guère de nature à améliorer la liquidité, dans la mesure où les banques s'intéressent déjà aux obligations sécurisées pour pouvoir satisfaire les futures exigences du LCR [ratio bancaire de liquidité à court terme]», écrit la recherche de Natixis. «On était tous un peu surpris de l’annonce», explique Cristina Costa, analyste chez SG CIB. Le marché des covered bonds est aujourd’hui en repli. Seulement 80 milliards d’euros de titres ont été émis depuis le début de l’année. «On ne s’attend pas à ce que les émetteurs émettent beaucoup plus alors que la TLTRO arrive», poursuit l’analyste. La première opération de refinancement à long terme ciblée sur l’économie réelle aura lieu jeudi prochain et permettra aux banques de se refinancer auprès de la BCE largement et à moindre coût.

Compte tenu de tombées obligataires de 155 milliards d’euros, l’offre nette d’obligations sécurisées devrait même être négative cette année, de 40 milliards d’euros selon la recherche de Citi. Celle-ci juge «très probable» que l’offre nette de titres des institutions financières de la zone euro soit «encore très fortement négative en 2015» et juge qu'il n'est «clairement pas nécessaire» que la BCE intervienne pour soutenir la demande.

La BCE a déjà lancé deux programmes d'achat de covered bonds. Le premier avait permis d’acheter, comme prévu, 60 milliards d’euros de titres entre 2009 et 2010. En revanche, la BCE n’avait acheté que 16,4 milliards d’euros de covered bonds contre 40 milliards annoncés au cours du deuxième programme mené en 2011 et 2012. L’institution avait déjà pointé du doigt la baisse de l’offre d'obligations sécurisées.

A lire aussi